Échange avec mes étudiants UQAM COM3112 groupe 30

Avec les deux derniers cours du COM3112, nous nous sommes concentrés sur l’utilisation courante des médias socionumériques des organisations en 2017. Les applications et les outils du numérique les plus utilisés en relations publiques dans les organisations et dans les agences professionnelles. Nous avons également reçu Stéphane Prud’homme MA, MBA, PhD(c) le 8 novembre notamment au sujet du storytelling.

 

Question pour mes étudiants du COM3112 groupe 30

En vous référant au contenu des deux derniers cours, à titre de professionnel débutant en relations publiques quoi répondre à un client potentiel qui vous demande de lui indiquer les avantages d’une présence régulière dans les médias socionumériques pour son organisation? Votre commentaire doit spécifier un secteur d’activités de votre choix (consommation, culture, politique, affaires, startup, international, etc.), quelle approche globale de communication serait à privilégier (information, bidirectionnelle symétrique ou asymétrique – indiquer pourquoi) et au moins la justification détaillée de 3 médias socionumériques susceptibles de stimuler la présence en ligne de l’organisation de votre client.

Un membre de chaque équipe publie les commentaires pour son groupe en indiquant clairement le nom de l’équipe afin de pouvoir vous attribuer les points de cet exercice dans Moodle. Le commentaire de l’équipe : 3 à 4 paragraphes; ne pas hésitez à ajouter des URL pertinents et crédibles comme références scientifiques ou professionnelles voire même encore utiliser des figures.

Au grand plaisir de vous lire!

 

Advertisements

Échange avec mes étudiants UQAM COM3112 groupe 10

Avec les deux derniers cours du COM3112, nous nous sommes concentrés sur l’utilisation courante des médias socionumériques des organisations en 2017. Les applications et les outils du numérique les plus utilisés en relations publiques dans les organisations et dans les agences professionnelles. Nous avons également reçu Stéphane Prud’homme MA, MBA, PhD(c) le 6 novembre notamment au sujet du storytelling.

 

Question pour mes étudiants du COM3112 groupe 10

En vous référant au contenu des deux derniers cours, à titre de professionnel débutant en relations publiques quoi répondre à un client potentiel qui vous demande de lui indiquer les avantages d’une présence régulière dans les médias socionumériques pour son organisation? Votre commentaire doit spécifier un secteur d’activités de votre choix (consommation, culture, politique, affaires, startup, international, etc.), quelle approche globale de communication serait à privilégier (information, bidirectionnelle symétrique ou asymétrique – indiquer pourquoi) et au moins la justification détaillée de 3 médias socionumériques susceptibles de stimuler la présence en ligne de l’organisation de votre client.

Un membre de chaque équipe publie les commentaires pour son groupe en indiquant clairement le nom de l’équipe afin de pouvoir vous attribuer les points de cet exercice dans Moodle. Le commentaire de l’équipe : 3 à 4 paragraphes; ne pas hésitez à ajouter des URL pertinents et crédibles comme références scientifiques ou professionnelles voire même encore utiliser des figures.

Au grand plaisir de vous lire!

 

Choisir des indicateurs de RP COM3106 gr 2

Deuxième échange de la session hiver 2017 avec mes étudiants du COM3106 groupe 2. Cette fois, nous abordons les indicateurs en relations publiques.

En classe, nous avons étudié le chapitre neuf de Maisonneuve 2010, 4e édition, intitulé L’évaluation et les indicateurs mesurables en relations publiques. On y relate que l’importance des indicateurs tout comme des principales techniques d’évaluation applicables aux cinq volets successifs du processus de prestation de services en relations publiques (figure 9.1). Les indicateurs touchant les résultats d’affaires peuvent être pertinents, cependant «… ils ne peuvent se limiter à ceux-ci, selon Grunig, Grunig et Dozier (2002) qui proposent notamment de tenir compte d’indicateurs témoignant de l’état des relations entre les organisations, leurs publics et leurs parties prenantes» Maisonneuve, 2010 p. 330.

capture-decran-2017-02-05-a-22-18-19

On met en évidence dans ce chapitre l’importance d’éviter de confondre les indicateurs mesurables d’une phase avec ceux d’une autre phase. À titre d’exemple, «… l’erreur fréquente de présenter des éléments tels que le nombre de communiqués expédiés, de brochures distribuées ou de rencontres tenues comme indicateurs de l’efficacité des programmes (impact), alors qu’il s’agit d’indicateurs de mise en oeuvre (Broom, p. 358 in Maisonneuve, 2010, p. 340).»

Tout compte fait, il est important de se doter d’indicateurs mesurables pour chacune des cinq étapes, et non seulement au début ou à la fin.

Question pour mes étudiants du COM 3106 groupe 2

Présenter à l’aide d’un exemple fictif ou d’un cas réel, vos choix d’indicateurs pour chacun des cinq volets successifs du processus de prestation de services en relations publiques en expliquant la justification et le rôle de chacun des indicateurs proposés? Un indicateur pour chacun des cinq volets. Au plaisir de vous lire.

Choisir des indicateurs de RP COM3106 gr 1

 

Deuxième échange de la session hiver 2017 avec mes étudiants du COM3106 groupe 1. Cette fois, nous abordons les indicateurs en relations publiques.

En classe, nous avons étudié le chapitre neuf de Maisonneuve 2010, 4e édition, intitulé L’évaluation et les indicateurs mesurables en relations publiques. On y relate que l’importance des indicateurs tout comme des principales techniques d’évaluation applicables aux cinq volets successifs du processus de prestation de services en relations publiques (figure 9.1). Les indicateurs touchant les résultats d’affaires peuvent être pertinents, cependant «… ils ne peuvent se limiter à ceux-ci, selon Grunig, Grunig et Dozier (2002) qui proposent notamment de tenir compte d’indicateurs témoignant de l’état des relations entre les organisations, leurs publics et leurs parties prenantes» Maisonneuve, 2010 p. 330.

capture-decran-2017-02-05-a-22-18-19

On met en évidence dans ce chapitre l’importance d’éviter de confondre les indicateurs mesurables d’une phase avec ceux d’une autre phase. À titre d’exemple, «… l’erreur fréquente de présenter des éléments tels que le nombre de communiqués expédiés, de brochures distribuées ou de rencontres tenues comme indicateurs de l’efficacité des programmes (impact), alors qu’il s’agit d’indicateurs de mise en oeuvre (Broom, p. 358 in Maisonneuve, 2010, p. 340).»

Tout compte fait, il est important de se doter d’indicateurs mesurables pour chacune des cinq étapes, et non seulement au début ou à la fin.

Question pour mes étudiants du COM 3106 groupe 1

Présenter à l’aide d’un exemple fictif ou d’un cas réel, vos choix d’indicateurs pour chacun des cinq volets successifs du processus de prestation de services en relations publiques en expliquant la justification et le rôle de chacun des indicateurs proposés? Un indicateur pour chacun des cinq volets. Au plaisir de vous lire.

La démarche scientifique au COM3106 gr 2

Premier échange de la session avec mes étudiants du COM3106 H 2017 à l’ UQAM. Les commentaires de mes étudiants porteront sur la démarche scientifique.

Nous avons vu en classe les différents éléments du processus d’une recherche scientifique, réaliser des ateliers sur des termes comme : intuition, croyance, raisonnement logique, science et objectivité. Également, nous avons églament réalisé une réflexion en équipe sur le processus d’une recherche scientifique en nous inspirant des notions de BONNEVILLE, L., GROSJEAN, S., LAGACÉ, M., Introduction aux méthodes de recherche en communication, Gaëtan Morin Éditeur, Montréal, 2007.

En bref, les objectifs de la recherche scientifique sont les suivants :

  • Identifier, au moyen d’observations systématiques, les phénomènes qui se posent avec récurrence dans la réalité
  • Décrire les phénomènes observés
  • Expliquer ou démontrer les phénomènes
  • Comprendre, saisir, les phénomènes observés en dégageant, par exemple, le sens de ceux-ci
  • Prédire les phénomènes observés, par conséquent être en mesure, autant que faire se peut, d’anticiper certaines actions ou certains comportements qui sont susceptibles de se poser dans tel ou tel contexte
  • Transformer, voire améliorer certains phénomènes observés, par conséquent agir sur ceux-ci de façon à (re)produire un effet souhaité ou souhaitable.

Quant au processus, la figure suivante illustre les différentes étapes :

figuredemarchescientifique

Questions pour mes étudiants du COM3106 groupe 2

En deux à trois paragraphes, les retombées sociales et scientifiques d’une recherche représentent les impacts que cette dernière aura en fonction des objectifs que se donne le chercheur ou la chercheure. En quoi les résultats de la recherche scientifique en sciences sociales peuvent faire avancer les connaissances ou l’état du savoir dans la discipline des relations publiques en utilisant une démarche scientifique? Au besoin, illustrer votre commentaire par un exemple comme un lien vers un mémoire ou une thèse en relations publiques disponibles dans Archipel.

Nous ferons un retour en classe sur vos commentaires. Au plaisir de vous lire.

La démarche scientifique au COM3106 gr 1

Premier échange de la session avec mes étudiants du COM3106 H 2017 à l’ UQAM. Les commentaires de mes étudiants porteront sur la démarche scientifique.

Nous avons vu en classe les différents éléments du processus d’une recherche scientifique, réaliser des ateliers sur des termes comme : intuition, croyance, raisonnement logique, science et objectivité. Également, nous avons églament réalisé une réflexion en équipe sur le processus d’une recherche scientifique en nous inspirant des notions de BONNEVILLE, L., GROSJEAN, S., LAGACÉ, M., Introduction aux méthodes de recherche en communication, Gaëtan Morin Éditeur, Montréal, 2007.

En bref, les objectifs de la recherche scientifique sont les suivants :

  • Identifier, au moyen d’observations systématiques, les phénomènes qui se posent avec récurrence dans la réalité
  • Décrire les phénomènes observés
  • Expliquer ou démontrer les phénomènes
  • Comprendre, saisir, les phénomènes observés en dégageant, par exemple, le sens de ceux-ci
  • Prédire les phénomènes observés, par conséquent être en mesure, autant que faire se peut, d’anticiper certaines actions ou certains comportements qui sont susceptibles de se poser dans tel ou tel contexte
  • Transformer, voire améliorer certains phénomènes observés, par conséquent agir sur ceux-ci de façon à (re)produire un effet souhaité ou souhaitable.

 

Quant au processus, la figure suivante illustre les différentes étapes :

 

figuredemarchescientifique

 

Questions pour mes étudiants du COM3106 groupe 1

En deux à trois paragraphes, les retombées sociales et scientifiques d’une recherche représentent les impacts que cette dernière aura en fonction des objectifs que se donne le chercheur ou la chercheure. En quoi les résultats de la recherche scientifique en sciences sociales peuvent faire avancer les connaissances ou l’état du savoir dans la discipline des relations publiques en utilisant une démarche scientifique? Au besoin, illustrer votre commentaire par un exemple comme un lien vers un mémoire ou une thèse en relations publiques disponibles dans Archipel.

Nous ferons un retour en classe sur vos commentaires. Au plaisir de vous lire.

COM 1065, les compétences d’un porte-parole médias

Avec le cours COM 1065 Relations de presse A2016, nous utilisons le présent blogue comme un forum d’échange sur les notions que nous abordons dans ce cours.

Pour le deuxième sujet de la session, nous aborderons le rôle du porte-parole auprès des médias. Nous avons reçu en classe Patrice Lavoie, directeur des relations médias de Loto-Québec qui nous a fait part de sa longue expérience comme porte-parole officiel et de son approche collaborative dans l’exercice de ses fonctions. Nous avons également consulté des sources documentaires du recueil de textes du COM 1065 et des notes déposées dans le site Moodle du cours. De plus, l’atelier Questions/réponses du 6 octobre a servi d’amorce pour la publication de commentaires au présent billet.

Question pour mes étudiants du COM 1065 A 2016

Élaborer sur un élément clé en lien avec les compétences ou les conditions d’une personne ayant comme fonction d’agir comme porte-parole d’une organisation auprès des médias. Bien lire les commentaires de vos collègues avant de publier afin d’éviter de commenter sur les mêmes compétences ou conditions et par conséquent de s’offrir un contenu critique le plus diversifié possible dans le cadre de ce cours. Au plaisir de vous lire!

 

COM1065 A2016 deux éléments marquants

Avec le cours COM 1065 Relations de presse A2016, nous utilisons le présent blogue comme un forum d’échange sur les notions que nous abordons dans ce cours.

Depuis le début de la session, nous avons abordé en classe l’historique des relations de presse, les nouvelles tendances, les types de médias et diverses connaissances sur les médias sans oublier la visite de praticiens des relations de presse.

Question pour mes étudiants du COM 1065 A 2016

Résumer deux éléments qui retiennent votre attention en lien avec le contenu abordé depuis le début de la session jusqu’au cours COM1065 A 2016 du 29 septembre. Bien lire les commentaires de vos collègues avant de publier afin d’éviter de commenter sur les mêmes éléments  et par conséquent de s’offrir un contenu le plus diversifié possible dans le cadre de ce cours. Au plaisir de vous lire et de commenter vos observations.

Une entrevue médias COM 1065 H 2016

Dans le cadre du cours COM 1065 Hiver 2016,  les étudiants sélectionnent une entrevue médias entre un journaliste et un porte-parole d’une organisation (radio, télévision, article de la presse écrite, webzine, blogue etc). Puis, ils indiquent s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise entrevue et au moins 3 arguments motivant leur évaluation.

Le lien de l’entrevue doit être accessible dans le commentaire de l’étudiant.

Au plaisir de vous lire !

Collaboration raisonnable entre une entreprise et les journalistes?

 

Bienvenue à cet échange avec mes étudiants de l’UQAM du cours Relations de presse COM 1065-31 H2016. Pendant la session, mes étudiants sont invités à commenter deux sujets abordés en classe en prêtant leur regard critique et leur point de vue d’universitaire sur ces contenus. Nos échanges sont ouverts au lecteur citoyen présent sur l’Internet.

Les étudiants de mon cours sont pour la majorité, inscrits au baccalauréat en sciences de la gestion (ESG-UQAM). J’invite mes collègues de l’industrie des relations publiques à commenter avec nous dans ce blogue. Au plaisir de vous lire.

Depuis le début de la session, nous avons abordé l’historique des relations de presse, les caractéristiques des médias, les nouvelles tendances, les types de médias et le contexte dans lequel les médias de masse évoluent en 2016. Pour s’y retrouver rapidement, le vocabulaire des relations publiques contient plusieurs définitions pour cadrer les relations de presse ou relations avec les médias et bien plus. Mes étudiants ont assisté à une conférence de M. Hubert Lacroix, PDG de Radio-Canada et ils ont participé à un entretien en classe avec M. Stéphane Baillargeon, journaliste du quotidien Le Devoir. Ces deux rencontres nous ont permis de réaliser les changements importants qui caractérisent le monde des médias de masse aujourd’hui et l’incontournable rôle du journalisme professionnel dans la société. M. Baillargeon nous a fait découvrir un rapport intitulé datant de novembre 2015, The news today: 7 trends in old and new media d’ Elaine Kamarck and Ashley Gabriele :

  1. Print newspapers are dinosaurs
  2. Hard news is in danger
  3. Television is still important
  4. And so is radio
  5. News is now digital
  6. Social media allows news (and “news”) to go viral
  7. For the younger generation, news is delivered through comedy

Nous avons également réfléchi à la mise à l’agenda (agenda setting) à partir du texte de Charron, Jean et Jacques Lemieux, sous la direction de Florian Sauvageau de l’Université Laval «Les journalistes, les médias et leurs sources…». Ce texte relate les travaux de Manheim et Albritton (voir figure ci-bas) suggérant qu’aux trois éléments des travaux de Shaw et McCombs sur l’agenda-setting l’ordre du jour des débats publics (public agenda), l’ordre du jour des décideurs (policy agenda) et l’ordre du jour des médias (media agenda) il est possible d’y ajouter les relations publiques, la publicité, les relations directes avec les publics en plus des relations de presse. En 2016, il faut également prendre en compte les pratiques associées aux médias socionumériques. En clair, les relations de presse évoluent dans un univers complexe et qui appelle les organisations et leurs acteurs à mieux collaborer avec les médias puisqu’en bout de piste, les intérêts collectifs et l’intérêt public sont la responsabilité de tous.

Capture d’écran 2016-02-06 à 16.47.56

Question pour mes étudiants du COM 1065-31

En vous basant sur les échanges avec MM. Lacroix et Baillargeon et en vous référant au document «Les journalistes, les médias et leurs sources…» (Séance 4 de votre recueil de textes) quel serait votre argumentaire (2 ou 3 paragraphes) pour expliquer à un futur employeur votre vision d’une collaboration raisonnable entre une entreprise et les journalistes en 2016?

%d blogueurs aiment ce contenu :