Qu’est-ce qui distingue les influenceurs?

En se référant au contenu de la section 2.4 du chapitre 3 dans Introduction aux relations publiques Fondements, enjeux et pratiques, j’invite mes étudiants et étudiantes du COM242 E2022 de l’UdeS à répondre à la question : qu’est-ce qui distingue les influenceurs évoluant dans les médias socionumériques des leaders d’opinion de Lazarsfeld? 

Trois paragraphes bien détaillés à publier dans votre commentaire. Le premier est de répondre à la question susmentionnée. Le deuxième élément consiste à présenter en quoi le rôle de l’influenceur dans les médias socionumériques peut s’avérer utile en matière de relations publiques. Le troisième élément est de suggérer une personne utilisant les médias socionumériques qui correspond à votre conception d’un influenceur crédible en matière d’enjeux climatiques ou de communication responsable. Ne pas oublier d’insérer l’hyperlien de cette personne pour découvrir son approche en matière d’influence.

Ce commentaire individuel sera évalué comme exercice pratique individuel (E2) du COM242 E2022. Votre commentaire doit être publié uniquement sur le présent blogue et il doit être disponible au plus tard le 29 juin 17 heures. Merci de respecter l’heure de tombée et au grand plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

7 commentaires

  1. Kevin Routhier

     /  22 juin 2022

    Les leaders d’opinion de Lazarsfeld étaient avant tout synonyme d’autorité et d’influence auprès des groupes d’appartenance, tels que leurs familles, leurs amis, leurs collègues et les membres de leur communauté. Les réseaux sociaux n’existaient pas, donc ce sont avec des liens directs et personnels que ceux-ci pouvaient exercer leur influence. Tandis que les influenceurs sur le web peuvent rejoindre un plus grand éventail de personnes, et ce, même à travers le monde. Il n’y a pas de barrière géographique, donc les influenceurs ont un plus grand pouvoir d’influence que les leaders d’opinion de Lazarsfeld. De plus, les influenceurs d’aujourd’hui peuvent partager sur divers sujets distincts, autant du monde politique, qu’écologique, mais aussi influencer sur le commerce. En effet, la principale différence des deux types d’influenceurs est la valeur marchande. Auparavant, les leaders d’opinion influençaient surtout sur la prise de décision et d’enjeux, tels que le monde politique. Cependant, bien que les influenceurs d’aujourd’hui tiennent leur pouvoir par leur crédibilité, ils sont aussi une source de revenus pour les entreprises. C’est devenu un métier à temps plein qui génère beaucoup d’argent. Il est alors parfois difficile de cerner les réelles intentions de ces créateurs de contenu, est-ce pour faire diffuser un message important ou pour avoir accès à des sommes d’argent ? Les influenceurs n’ont pas toujours le désintérêt et la gratuité du conseil ou de la recommandation que l’on retrouvait dans la conception de Lazarsfeld. La crédibilité est parfois remise en compte, car cette stratégie d’influence indirecte est davantage aléatoire et multidirectionnelle. Tel que le mentionnent les notions du chapitre, les influenceurs se multiplient, il y en a de plus en plus. Certains traitent des sujets importants, tels que l’environnement, alors que certains créent du contenu pour divertir. C’est l’un des changements importants, le type d’influenceur varie d’une personne à une autre. Auparavant, c’étaient des leaders d’opinion sur des sujets précis, tels que la politique, mais maintenant, tu peux être influenceur de n’importe quel sujet.

    Le but premier des relations publiques est de maintenir une confiance et une bonne image de l’organisation autant du point de vue interne qu’externe. Que ce soit pour gérer une crise à la suite d’un scandale, ou démontrer la bonne image de l’entreprise, les relations publiques sont là pour aider l’entreprise à bien se positionner. Le rôle des influenceurs est avant tout de créer du contenu sur leurs plateformes en diffusant des connaissances, du contenu divertissant et des informations pertinentes. Étant suivis par des milliers, voire des millions de personnes, les influenceurs ont un lien direct avec leur communauté et sont souvent un critère important lors de la consommation ou de la prise de décision. Ce type de marketing, appelé marketing d’influence est l’un des plus importants et efficaces en 2022. Plusieurs personnes forgent leur décision autant personnelle que marchande avec l’aide des influenceurs. Comme mentionné, les relations publiques se doivent de présenter une bonne image de l’organisation et les influenceurs peuvent grandement aider. Ils ont eux aussi un rôle important de relations publiques. Que ce soit lors d’un partenariat rémunéré, l’influenceur s’associe à une entreprise et ces derniers sont l’image de l’organisation. Ils font la publicité des produits et services que l’entreprise offre, mais sont aussi rattachés à celle-ci. Leur rôle est primordial, ils peuvent faire changer l’opinion des gens, de manière positive ou négative, et ce, seulement en publiant des photos sur leur profil de réseaux sociaux. En gros, les influenceurs jouent un rôle important en matière de relations publiques par leur crédibilité, leur notoriété et leur pouvoir d’influence.

    L’une des influenceuses québécoises qui sont, selon moi, l’une des plus crédibles en matière d’enjeux climatiques ou de communication responsable c’est Jessie Nadeau. Bien que cette jeune femme fût connue grâce à la populaire émission de téléréalité Occupation Double, celle-ci détient une excellente notoriété en communication responsable. Elle a toujours utilisé ses plateformes pour défendre des causes qui lui tiennent à cœur, que ce soit le végétalisme, les causes LGBTQ+ et l’environnement. Même si cette créatrice de contenu exerce maintenant ce métier à temps plein, elle s’associe toujours avec des entreprises qui respectent ses valeurs et ses intérêts. Elle se décrit comme une « influenceuse de changements ». Pour elle, les causes sociales sont au cœur de son contenu, mais aussi de ses valeurs primaires. Elle produit plusieurs contenus qui touchent des causes sociales importantes, et ce, même lorsque les publications ne sont pas commanditées. Elle a toujours été cohérente avec ses valeurs et son contenu. Pour moi, elle est l’équilibre parfait d’une influenceuse sociale, c’est-à-dire, qu’elle influence les gens positivement à des causes importantes, telles que l’environnement, mais elle gagne également sa vie avec l’entremise des réseaux sociaux. Un influenceur crédible est selon moi, quelqu’un qui peut autant créer du contenu pertinent lorsque ses publications ne sont pas commanditées, que lorsqu’elles le sont. Tout est une question d’équilibre et de cohérence.

    Compte Instagram de Jessie Nadeau : https://www.instagram.com/jessie.nadeau/?hl=fr-ca

    Répondre
  2. Jérémy Marcoux

     /  22 juin 2022

    Les influenceurs évoluant dans les médias socionumériques ressemblent beaucoup aux leaders d’opinion de Lazersfeld : entre autres, ils font le lien entre la population et les médias grâce à leur crédibilité et leur rapport de proximité vis-à-vis certains individus. Toutefois, quelques différences subtiles les distinguent. Alors que, selon la théorie de Lazersfeld, les leaders d’opinion vulgarisent leurs connaissances de manière spontanée et gratuite, les influenceurs sont souvent rémunérés pour transmettre un message. Également, comme les réseaux sociaux permettent à quiconque d’acquérir un large public, les influenceurs sont beaucoup plus nombreux. Cela a pour effet d’ouvrir de nouvelles voies de communication qui peuvent servir à cibler certains individus de manière plus précise, mais aussi de compliquer la transmission des messages, car la manière dont ils seront réinterprétés est imprévisible.

    En matière de relations publiques, le rôle de l’influenceur dans les médias socionumériques peut s’avérer utile, puisqu’il permet de rejoindre plus facilement certains groupes d’intérêt qui n’auraient pas été exposés autrement au message. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont conçus spécialement pour offrir du contenu qui s’aligne avec les opinions, les valeurs, la démographie de chaque utilisateur. Il peut donc être difficile d’atteindre un certain public si l’algorithme ne le permet pas. Les influenceurs sont nombreux et attirent tous une clientèle spécifique, qui est nécessairement réceptive à leurs messages. Ainsi, en s’associant avec un influenceur, une organisation peut sélectionner plus précisément à qui elle s’adresse, et, par la compensation financière, elle s’assure que le message transmis à la population lui soit favorable. De plus, comme les réseaux sociaux permettent à tout le monde de bénéficier d’une plateforme, la plupart des gens s’identifient plus facilement aux influenceurs. Ces derniers possèdent donc une grande crédibilité dont peut profiter une organisation lorsqu’elle met en place des stratégies ayant trait aux relations publiques.

    Selon moi, Tara Bellerose correspond à une influenceuse crédible en matière d’enjeux climatiques et de communication responsable. À l’aide de son compte Tiktok, qui compte plus de 700 000 abonnés, elle éduque les jeunes à propos des impacts de l’activité humaine sur la planète tout en les incitant à faire de meilleurs choix pour améliorer leur empreinte écologique. Ses vidéos sont de bonne qualité et bien documentés, ce qui lui vaut des milliers d’interactions positives. Son compte est vérifié, ce qui augmente sa crédibilité. Pour une entreprise souhaitant améliorer sa cote auprès des personnes ayant à cœur le respect de l’environnement, elle est la candidate idéale, puisque ce sujet est le point central de tout son contenu. De plus, elle participe fréquemment à la promotion de produits écologiques. Elle a donc de l’expérience en matière de partenariats rémunérés, en plus d’être ouverte à s’associer à une organisation.

    Voici le lien vers son compte Tiktok : https://www.tiktok.com/@tarabellerose?lang=fr

    Répondre
  3. Gabriel Blais

     /  25 juin 2022

    Même si les influenceurs et les leaders d’opinion de Lazarsfeld se classent dans le modèle du flux de communication à deux étages (two-step flow of communication), il existe tout de même une certaine différence entre ces types d’émetteurs. En réalité, le principe reste le même autant pour les influenceurs que pour les leaders d’opinion de Lazarsfeld : celui de regrouper de l’information, de la traiter et de la vulgariser à un public. Toutefois, le plus grand changement que l’on pourrait observer est celui du monde dans lequel ces transmetteurs d’informations évoluent. Là où les leaders d’opinion de Lazarsfeld s’inscrivaient davantage dans des relations interpersonnelles marquées par la proximité et la confiance, les influenceurs, eux, se catégorisent dans des relations plus distantes et moins personnelles en raison de la barrière créée par les médias socionumériques. Bien entendu, ce dernier aspect concernant les influenceurs peut amener certains inconvénients comme l’imprévisibilité de la réception du message par le public ou encore l’incertitude de la motivation réelle d’un émetteur vis-à-vis d’un récepteur. Aussi, la forme que prend la transmission du message diverge d’un acteur à un autre : les leaders d’opinion de Lazarsfeld visaient la spontanéité et la gratuité ; aujourd’hui, les influenceurs sont rémunérés et leurs messages sont beaucoup plus contrôlés.

    En matière de relations publiques, le rôle que peuvent jouer les influenceurs auprès de leur public peut s’avérer très pertinent pour différentes raisons. D’une part, ce qui est intéressant avec ce type d’émetteur, c’est qu’il effectue déjà un travail en amont en ce qui concerne la recherche d’un public cible : une organisation n’a qu’à choisir l’influenceur véhiculant les mêmes intérêts qu’elle pour transmettre un message — il y a alors un gain de temps énorme. De plus, l’influenceur détient déjà une relation de confiance avec son public de sorte que les messages peuvent être plus facilement acceptés par la communauté. D’une autre part, tel que mentionné précédemment, les organisations peuvent avoir, si elles le souhaitent, le plein contrôle de la construction du message : en ce sens, il s’assure du contenu exact à vulgariser. Bref, l’utilisation des influenceurs comme transmetteurs dans un contexte de relations publiques peut devenir juste d’autant plus que le nombre d’individus sur les médias sociaux augmente grandement.

    Personnellement, si je devais choisir un influenceur captivant et qui discute régulièrement des enjeux climatiques, ce serait le youtubeur Émile Roy. En plus de s’adresser à un public plus jeune, il a une grande capacité à vulgariser un sujet et à bâtir une histoire attractive autour de celui-ci. Ayant déjà créé du contenu autour des problèmes environnementaux, Émile Roy sait comment sensibiliser son public par l’unique usage de la parole et je crois qu’il correspond à ma conception d’un influenceur crédible. Par ailleurs, il a été amené à travailler avec plusieurs organisations gouvernementales afin d’aborder des sujets importants de notre société actuelle. Je laisse un lien ci-dessous pour que vous puissiez partir à la découverte de son travail.

    Chaîne YouTube de Émile Roy :
    https://www.youtube.com/c/ÉmileRoy

    Répondre
  4. Emma Fortin

     /  26 juin 2022

    Les influenceurs présents sur les médias sociaux numériques se distinguent des leaders d’opinion de Lazarfead de plusieurs manières. Tout d’abord, les influenceurs sur les médias sociaux ont un intérêt ou une intention à partager certains contenus, contrairement aux leaders d’opinion, qui le font de façon « spontanée ». (Yates, 2018, p. 67) Que ce soit pour sensibiliser la population, promouvoir une marque ou pour divertir, ces influenceurs souhaitent rejoindre un public. Pour ce faire, les influenceurs cherchent à saisir les enjeux moraux et sociaux de leur public et à lui offrir un contenu qui concordera avec ses intérêts. Ensuite, un second aspect qui diffère des leaders d’opinion décrits par Lazarfead est la gratuité. En effet, les influenceurs n’offrent pas leurs contenus gratuitement à leur communauté; ils le font souvent en échange d’une somme d’argent de la part du média ou de l’organisation qui l’a approché. Cela peut être positif si l’influenceur est bien informé sur le sujet et effectue une veille médiatique appropriée. Dans le cas contraire, si l’influenceur partage des informations fausses, cela peut entraîner des répercussions négatives au sein de sa communauté. (Yates, 2018, p. 68)

    Parce que les relations publiques souhaitent faire valoir positivement une organisation et établir un lien de confiance entre elle et son public, les influenceurs dans les médias socionumériques agissent de manière similaire avec leur communauté. Ainsi, un influenceur qui promeut une certaine façon de penser à propos de l’environnement, par exemple, peut voir plusieurs individus se rallier autour de lui et son idéologie. Toutes les informations transmises par cet influenceur sont reçues chez sa communauté, qui forme son opinion selon ce qui lui est raconté. Ces individus peuvent s’influencer mutuellement en partageant d’autres contenus ou informations similaires, ce qu’on appelle l’exposition sélective. Cela peut engendrer un conformiste social chez cette communauté. (Yates, 2018, p.66) Éventuellement, toute autre information qui n’est pas en lien direct avec l’idéologie ou la représentation de la communauté n’est pas mémorisée, ou est interprétée selon son point de vue, ce qui fait référence à la perception sélective. (Yates, 2018, p.67) D’une certaine manière, cela se rattache au but principal des relations publiques, soit d’adhérer un ou des publics autour d’une marque grâce aux messages véhiculés par une organisation.

    Un influenceur crédible en matière d’enjeux climatiques et sociaux est Émile Roy, un réalisateur, vidéaste et animateur montréalais. Émile Roy souhaite sensibiliser les gens aux enjeux climatiques. Il réalise des vidéos où il vulgarise des aspects scientifiques et relatifs aux changements climatiques. Des pistes de réflexion et des solutions y sont proposées pour parvenir collectivement à développer des habitudes de vie plus écologiques. De plus, Émile Roy nous a récemment présenté son nouveau film : « L’Anxiété, au 21e siècle ». Il y présente l’anxiété sous ses différentes formes et comment celle-ci affecte la vie de ceux et celles qui la côtoie au quotidien. Ses vidéos sont publiées sur ses différentes plateformes, soient Facebook, Instagram et YouTube. Elles engendrent beaucoup d’intérêt de la part de sa communauté, et cela créée donc un très fort sentiment de cohésion et de support envers ce qu’il véhicule.

    https://www.youtube.com/c/%C3%89mileRoy

    Source : Yates, S. (2018) Introduction aux relations publiques, Fondements, enjeux et pratiques. Collection Communication – Relations publiques, Sainte-Foy : Presses de l’Université du Québec.

    Répondre
  5. Selon Paul Lazarsfeld, un leader d’opinion est une personne qui consomme plus d’information que les autres et qui se spécialise dans un domaine en particulier. En conséquence, elle occupe le rôle d’intermédiaire, de relais personnalisé entre les médias et les autres membres de son groupe. Le leader d’opinion partage de façon gratuite et spontanée ses connaissances.
    Au contraire, les influenceurs sont souvent rémunérés pour faire la promotion de certains produits ou services. Ils offrent des conseils et des recommandations, mais sans la gratuité.

    Le rôle de l’influenceur dans les médias socionumériques peut s’avérer utile en matière de relations publiques. D’ailleurs, les influenceurs peuvent aider certains organismes à élargir leurs cibles. Ils deviennent en quelque sorte des diffuseurs d’information des entreprises. Étant donné qu’ils entretiennent des relations de proximités avec leurs publics, ils pourront renforcer leur confiance en l’entreprise. Aussi, les influenceurs créent du contenu riche et original. Cela pourrait aider l’entreprise à faire accepter son message plus facilement par le public.

    J’aime bien suivre le compte Instagram de Florence Sauvé. Elle a démarré une petite entreprise nommée Moniq et Cie spécialisée dans la fabrication d’accessoires faits avec des matériaux recyclés. Elle encourage ses abonnés à acheter des vêtements de seconde main pour aider l’environnement. En plus, sur son compte Instagram, elle a plusieurs « stories » sur le réchauffement climatique, le « slow fashion », de petits gestes pour réduire son empreinte carbone, etc. Bien qu’elle n’ait pas une quantité énorme d’abonnés et qu’elle ait une approche plus décontractée, elle communique bien son message à son public : agir pour l’environnement.

    Voici le lien vers son compte Instagram : https://www.instagram.com/_florencesauve/?hl=en

    Répondre
  6. Maude Charbonneau

     /  27 juin 2022

    Les leaders d’opinion de Lazersfeld (Yates, 2018) et les influenceurs socio-numériques d’aujourd’hui ne sont pas si différents. En effet, les leaders d’opinion de Lazersfeld ainsi que les influenceurs présents sur les réseaux sociaux entretiennent, tous les deux, une relation particulière avec leur public. Leur pouvoir d’influence s’effectue grâce à leur crédibilité et leur rapport de proximité avec le public (Yates, 2018). Néanmoins, ces deux modèles d’influence se distinguent par leurs subtiles particularités. Tout d’abord, les réseaux sociaux permettant de cibler un public presque mondial. Ainsi, le nombre d’influenceurs socio-numériques suit la largeur de son public, c’est-à-dire qu’ils sont aussi nombreux. Sur les plateformes numériques, on peut trouver différents influenceurs qui donnent connaissance sur des sujets distincts, comme la politique, l’environnement, certains mouvements ou même une marque de commerce, pour un public cible précis. Pour ce large public, le message passe donc par une plateforme web, ce qui peut changer la manière donc l’individu reçoit le message. D’une part, certains de ces influenceurs d’aujourd’hui le font en échange d’une somme d’argent, ce qui rend difficile de comprendre les vraies intentions de leurs publications. Malgré cela, un large public les suit pour leur propre divertissement. D’autre part, une partie des influenceurs ont un intérêt à partager des publications d’enjeux sociaux qui se doivent d’être abordés. Le public cible n’est alors pas le même. De fait, les influenceurs socio-numériques se distinguent sur le processus et l’intention des leaders d’opinion de Lazersfeld. En effet, ces leaders d’opinion ne font que communiquer directement avec leur public, soit ceux qui se trouvent dans leur environnement. Ils ciblent que quelques personnes, ce qui diminue la propagation de popularité. De plus, ils partagent leurs communications en toute gratuité, tandis que les influenceurs sont souvent rémunérés pour leur mandat.

    Le principe des relations publiques est de promouvoir une belle image de l’organisation et de maintenir une relation de confiance avec son public. Cet objectif est le même pour l’influenceur. Même que parfois, l’organisation passe par des influenceurs crédibles, rejoignant les valeurs de l’organisation, pour ensuite appliquer ce principe. Sa popularité et son contenu partagé confirme l’appui de ses idéologies et de ses positions. Comme l’influenceur, le public cible est d’autant plus important dans le principe de relations publiques. Sans celui-ci, l’influenceur ne ferait pas son rôle d’un métier. De fait, le rôle de l’influenceur d’entreprendre un contact direct et constant avec le public cible afin de garder une belle image et de contribuer aux besoins de celui-ci. On peut donc constater que cette technique d’influence, autrement dit marketing d’influence, est le principe le plus efficace et important pour rejoindre une clientèle cible de confiance aujourd’hui.

    Il est également intéressant de mettre ce marketing en relation avec certains discours publiés par les personnes influentes sur les médias sociaux. Cette forme de publicité ne rejoint pas seulement le commerce, mais aussi certains enjeux sociaux. C’est le cas de l’influenceur Émile Roy, un vidéaste et réalisateur de Montréal qui abordent plusieurs enjeux sociaux sérieux qui entourent la population québécoise d’aujourd’hui. Ainsi, il aborde les changements climatiques principalement, tout comme d’autres enjeux, sur les plateformes Youtube, Facebook et Instagram. Son contenu scientifique est divulgué pour un large public. Néanmoins, il s’adresse en majorité aux jeunes adultes comme lui puisque ce public fréquente davantage les médias sociaux. Émile Roy aborde donc des sujets qui touchent spécialement ce public, dont l’anxiété, partagé au travers de son tout récent film « L’anxiété au 21e siècle ». Au travers son talent de scénariste, ses informations sont claires, précises et grandement touchantes. Il est donc un des rares influenceurs dignes de cette crédibilité au Québec.

    Répondre
  7. Virginie Guyon

     /  27 juin 2022

    Pour Lazarsfeld, un leader d’opinion est une personne qui sert de relais entre les médias et les usagers. Ce leader est spécialisé dans un domaine et vulgarise certaines informations de son domaine pour informer et influencer d’une certaine manière les usagers, qui ont souvent tendance à se conformer à la majorité et à se fier à une figure connue pour orienter leurs opinions. Cette transmission se fait de manière gratuite et spontanée par le leader d’opinion. Avec ses échanges, le leader d’opinion gagne la confiance et se rapproche des usagers, ce qui crée une relation interpersonnelle entre les usagers et le leader. L’information passe donc par les leaders d’opinion qui eux vont par la suite la traiter et la décortiquer avant de la transmettre aux usagers. Pour ce qui est des influenceurs présents sur les médias socionumériques, la plus grande différence est le fait que leur travail soit rémunéré. Ces personnes sont commanditées par des compagnies pour faire de la promotion auprès de leurs abonnés. Le rôle de ceux-ci est similaire à celui qu’avaient les leaders d’opinion. D’ailleurs, la relation entre un influenceur et son public est elle aussi similaire à celle connue dans les années 1940. La proximité est toujours un élément crucial de leur relation et l’influenceur représente une figure d’autorité à suivre pour les usagers des médias socionumériques. Une autre différence qui peut être observée est la distribution de l’information. Alors qu’avant, un leader d’opinion transmettait ses informations à un public restreint, maintenant, les influenceurs partagent leurs informations à une masse beaucoup plus importante de gens suite à une distribution aléatoire de l’information.

    Maintenant que les différences entre les leaders d’opinion et les influenceurs ont été expliquées, il est intéressant de se demander en quoi le rôle de l’influenceur dans les médias socionumériques peut s’avérer utile en matière de relations publiques. Si l’influenceur en question est judicieusement choisi en fonction de la marque et de sa clientèle, celui-ci peut être extrêmement utile dans plusieurs domaines. Pour commencer, l’influenceur va permettre à l’entreprise d’accéder à de nouveaux publics. Avec les algorithmes, il est parfois difficile pour une marque d’atteindre un certain groupe de personnes. Avec l’aide d’un influenceur qui est déjà présent dans le groupe en question, le contact sera beaucoup plus facile. Ensuite, l’influenceur pourrait permettre à l’entreprise de recueillir de l’information, les réactions et les commentaires des usagers, qui dans leur relation de proximité avec l’influenceur, seraient davantage porté à s’exprimer par rapport à la marque ou à un certain événement ou crise à laquelle l’entreprise fait face. Pour finir, d’un côté plus marketing, l’influenceur peut parfois permettre d’assurer une certaine fidélisation chez les usagers. Bien sûr, d’autres avantages pourraient être traités, mais ceux-ci en sont de bons exemples.

    Si je devais proposer un influenceur à approcher pour une entreprise œuvrant dans le domaine de l’environnement et plus précisément dans le domaine des enjeux climatiques, j’irais avec Jessie Nadeau. Celle qui s’est fait connaître à Occupation Double Bali en 2017 est en fait une fervente militante pour différentes causes telles que la protection de l’environnement. Avec plus de 166 000 abonnés sur son compte Instagram, Jessie Nadeau a déjà une crédibilité auprès d’un assez grand public. À plusieurs reprises sur son compte, elle s’implique pour les enjeux climatiques en appelant les internautes à passer à l’action en proposant des alternatives plus éthiques. Elle a d’ailleurs conçu une marque de vêtements pour femmes à porter lors des règles, ce qui permettrait une réduction considérable de l’utilisation des produits d’hygiène féminine. Elle prône aussi une alimentation plus éthique, soit végane, pour réduire l’impact de chacun sur le climat. Je considère Jessie Nadeau comme une influenceuse crédible en matière d’enjeux climatiques, mais aussi en communication responsable. Depuis des années, celle-ci se bat pour les droits des communautés LGBTQ+, la protection des animaux, la protection de l’environnement et autres. Je crois qu’elle est l’exemple parfait d’une femme crédible qui pourrait être un atout important pour une entreprise œuvrant dans le milieu principalement de l’environnement.
    Lien hypertexte vers le compte Instagram de Jessie Nadeau : https://www.instagram.com/jessie.nadeau/

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :