Étudiants du Rep3101 A 2016, quelle notion retient votre attention ?

Avec le cours REP 3101 Recherche et évaluation des actions A2016, nous utilisons le présent blogue comme un forum d’échange sur les notions que nous abordons dans ce cours.

Depuis le début de la session, nous avons abordé en classe les notions de base en lien avec les modèles courants de communication dans les organisations, les cinq phases du processus de prestation de service en relations publiques et les questions clés pour analyser l’environnement de communication d’une organisation.

Nous avons également discuté des concepts de recherche primaire, secondaire et de l’importance de se doter d’une approche méthodologique démontrable en s’inspirant notamment du modèle d’organisation communicante tiré du mandat de Melbourne.

Question pour mes étudiants du REP 3101 A 2016

Rédiger en deux paragraphes une notion qui retient votre attention en lien avec la matière vue jusqu’au cours REP 3101 A 2016 du 21 septembre et bien lire les commentaires de vos collègues avant de publier afin d’éviter de commenter sur les mêmes aspects et par conséquent de s’offrir un contenu le plus diversifié possible dans le cadre de ce cours. Au plaisir de vous lire et de commenter vos observations.

Advertisements

Références scientifiques et communication de crise

Le troisième échange avec mes étudiants du CRM 801 H 2016 porte sur la communication de crise. Comme l’indique fort bien Thierry Libaert dans la troisième édition de son ouvrage intitulé La communication de crise aux éditions Les Topos, « La crise est multiforme. Elle concerne les domaines technologiques, sociaux, réglementaires, financiers, commerciaux ou écologiques, mais s’appréhende sous l’angle de la communication.» En clair, la communication constitue un facteur de premier plan et intrinsèque de la gestion de crise.

 Définition d’une crise

Quant aux multiples définitions d’une crise, dans le vocabulaire des relations publiques, nous avons retenu comme définition privilégiée « Une crise est une situation de vulnérabilité pouvant résulter, entre autres, d’un incident, d’un accident ou d’une décision d’affaires menaçant l’intégrité ou la réputation d’une organisation. Une crise peut affecter ou compromettre la continuité des affaires d’une organisation ainsi que la qualité de ses relations avec ses parties prenantes (employés, partenaires, clients, fournisseurs, etc.). Une crise peut susciter auprès de l’opinion publique et des médias, une perception de doute et de perte de contrôle de la part de l’organisation et ébranler la confiance qu’on peut avoir envers elle.» Parfois rupture des affaires comme il peut se produire en situation d’urgence – le grand verglas de janvier 1998 au Québec en est un exemple – entraînant une interruption de services ou de la production d’un produit, la crise peut également être de nature réputationnelle avec des conséquences importantes sur l’atteinte des objectifs d’une organisation.

Invitation à mes étudiants du CRM 801 H 2016 

En complément des éléments abordés en classe sur la gestion de crise, j’invite mes étudiants du CRM 801 H 2016 à explorer les références scientifiques qu’ils jugent actuelles et structurantes pour réfléchir à la communication de crise en 2016. Dans cette perspective, il serait important de mettre l’accent sur les tendances, les enjeux actuels à travers le rôle des médias socionumériques et la réaction du consommateur ou du citoyen en situation de crise. Cet exercice vise à constituer une liste de références scientifiques pour les étudiants de notre groupe cours pour leurs travaux universitaires du DESS en communication appliquée de l’Université de Sherbrooke. Concrètement, il s’agit de mettre en lumière les faits saillants d’un texte pertinent ou un article scientifique -fournir les références pour consultation- ou encore une figure illustrant un concept clé, voire même une vidéo en ligne abordant un aspect percutant en matière de gestion de crise. Les références en matière de gestion des risques en vue de diagnostiquer des potentiels de crise au sein d’une organisation constituent également un angle pertinent pour cet exercice.

 

Les étudiants du CRM 801 sont invités à consulter des ouvrages spécialisés en communication de crise via la réserve de Guy Litalien – CRM 801 au Carrefour de l’information au campus de l’UdeS au campus Longueuil. Notamment, l’ouvrage de Robert L. Heath et H. Dan O’Hair Handbook of Risk and Crisis Communication et celui de W. Timothy Coombs et Sherry J. Holladay intitulé The Handbook of Crisis Communication.

 

Enfin, voici un exemple d’un article scientifique utile au sujet de l’illusion de la majorité pour réfléchir à la communication en situation de crise en lien avec les médias socionumériques, The majority Illusion in social Networks par Kristina Lernan de  University of Southern California.

 

Au plaisir de vous lire.

 

 

CRM 280 Problématique en relations publiques

Le présent billet est le premier de trois échanges avec mes étudiants du cours CRM 280 – Introduction aux relations publiques de l’Université de Sherbrooke de la session hiver 2014.

Les futurs professionnels des communications s’expriment

Les lecteurs de ce blogue sont vivement invités à consulter voire participer à cet échange afin d’une part de prendre connaissance des contenus abordés avec mes étudiants. D’autre part, d’apprécier les compétences que mes étudiants développent  pendant cette session. Ils sont de futurs professionnels de l’industrie de la communication et en quelque sorte, leurs commentaires permettent de promouvoir leur sens critique en matière de relations publiques tout comme de participer à leur notoriété professionnelle dans la Webosphère. Bonne lecture et n’hésitez pas à interagir avec nous!

Question pour mes étudiants du CRM 280

Depuis le début de la session, nous avons étudié des éléments essentiels pour l’élaboration d’un plan d’intervention en relations publiques avec l’approche RACE. Nous avons établi l’importance de bien cerner la problématique de relations publiques avant d’élaborer des stratégies et des moyens de communication et d’y intégrer la recherche formative et évaluative.

Voici des éléments clés au sujet d’une problématique de relations publiques – dont la présente définition utilisée en classe et dans le présent billet provient du vocabulaire des relations publiques -phase un . Question pour mes étudiants du CRM 280 : à partir de cette définition d’une problématique de relations publiques, quels sont vos arguments pour justifier et démontrer l’importance de cette phase clé de la planification d’un programme d’intervention de relations publiques. Viser l’efficience dans votre commentaire et au besoin illustrer votre propos d’un exemple.

Définition : Une problématique de relations publiques consiste en une présentation, voire une exposition d’un problème comportant divers aspects de communication.  Le diagnostic, quant à lui, suit l’exposé de la problématique en expliquant justement qu’est-ce qui fait que l’ensemble des éléments présentés posent un problème. Par ailleurs, une problématique de relations publiques n’exprime pas foncièrement un problème grave ou imminent, mais peut renvoyer à un défi ou à des tendances insatisfaisantes. C’est un jugement sur ce qu’il faut corriger ou qui requiert une intervention d’ordre communicationnel.

Souvent confondue avec enjeu, une problématique de relations publiques peut s’exprimer en termes de notoriété (connaissance : on connaît ou on ne connaît pas l’organisation, ses produits, ses services et ses idées), d’image (attitude, perception : on connaît l’organisation, ses produits ou ses idées, mais on ne les aime pas ou on les perçoit négativement) ou de comportement (action : on connaît l’organisation, ses produits ou ses idées, on les aime, mais on ne les achète pas ou on n’y adhère pas).

Exprimée clairement et sans équivoque, une problématique de communication aide à mieux segmenter les publics cibles, à préciser davantage les objectifs de communication et à confirmer ou infirmer les hypothèses intuitives du client (exprimées dans le mandat initial).

On identifie une problématique de communication dans le but de réduire les risques, de créer des occasions et de gérer la réputation d’une organisation.

Pour bien cerner une problématique de communication et faire ressortir ses causes et les facteurs qui ont influencé son émergence, il est fondamental d’effectuer une recherche en amont de tout processus de planification de communication (milieu, secteur d’activité, histoire de l’organisation, concurrence, forces, opportunités, faiblesses, contraintes, etc.)

Au plaisir de vous lire !

%d blogueurs aiment ce contenu :