Créer une unité responsable des communications

Pour le troisième et dernier sujet de blogue de la session Automne 2014 avec mes étudiants du CPR 6001 de l’UdeM, il sera question de gestion des communications organisationnelles, plus précisément de la planification de la fonction de communication dans une organisation. Voici le contexte de ce billet:

En prenant en compte les notions vues pendant la session dans le CPR 6001, la direction générale d’une organisation vous confie le mandat de créer une unité responsable des communications de cette organisation et vous demande de lui présenter votre plan d’action pour la création de cette unité incluant : l’approche dominante de communication, la mission de cette unité, et les compétences recherchées pour le personnel responsable de livrer la mission de cette équipe de communication. Vous pouvez utiliser une organisation existante ou fictive. Je ferai le point en classe sur le sujet. Au plaisir de vous lire.

Advertisements
Laisser un commentaire

17 commentaires

  1. Bechara Helwi

     /  14 novembre 2014

    Mettre sur pied une unité de communication est un travail qui doit être très bien planifié. Elle doit être bien structurée avec des objectifs précis, une mission claire et un personnel qualifié. Une organisation qui a l’intention d’être communicante doit prendre en compte trois caractéristiques essentielles. Il faut une compréhension de soi très précise et approfondie afin de savoir comment et quoi communiquer, il faut être très bien organisé afin de rester en contrôle de ses communications et enfin, avoir une capacité d’adaptation à tous changements afin d’avoir la communication la plus efficace possible. Bien sûr sans oublier que communication externe et interne doivent être complémentaires afin que le message de l’entreprise reste cohérent. Une unité de communication idéale doit être capable de maitriser tous ses aspects afin de projeter l’image la plus transparente possible de l’organisation. Pour être plus concret, voici le plan d’action pour la création d’une unité de communication que je présenterai à un parti politique à l’approche des élections :
    • L’approche dominante : un parti politique est un organisme qui doit être axé sur l’action. L’individu n’est pas quelqu’un de passif, spécialement dans un contexte d’élection. On doit viser un public actif et on veut avoir beaucoup d’influence sur son comportement. La communication représente les interactions à l’intérieur d’une organisation. Ce sont ses interactions qui font de l’organisation un organisme vivant. Comme le démontre la théorie de l’école de Palo Alto, Sans communication il n’y a pas d’organisation. Pour toutes ses raisons, l’approche dominante de cette unité de communication devrait être l’approche systémique. On cherche à discuter, on cherche des feedbacks et on cherche à influencer les comportements des électeurs.
    • La mission de l’unité : La mission principale doit être de faire parvenir les messages que le parti veut véhiculer aux plus grands nombres d’électeurs possibles. En politique, spécialement en période d’élection, la vérité c’est ce qu’on voit et on entend. Peu importe les actions faites auparavant et les résultats obtenus, ils ne seront pas pris en considération si on ne les remet pas à l’avant-scène durant la campagne. C’est ça que l’unité doit avoir comme mandat. Faire véhiculer les messages le plus efficacement possibles durant la campagne pour que l’image que les dirigeants veulent faire passer soit bien ancrer dans la tête des gens spécialement au jour J. En d’autres termes, il faut appliquer la méthode A.I.D.A et le principe I.A.C. On doit chercher à attirer l’attention des électeurs, maintenir l’intérêt dans notre message, générer le désir (être convaincant) et pousser les gens à passer à l’action. Il faut que l’information soit disponible, être sûr qu’elle a atteint la cible, il faut bien comprendre l’attitude du public face à cette information et finalement, savoir c’est quoi le comportement adopter et comment on peut le modifier si nécessaire. Du côté interne, l’unité de communication doit être mobilisatrice. Elle doit utiliser tous les moyens dans son répertoire pour mobiliser les employés et les volontaires de la campagne.
    • Les compétences recherchées pour le personnel : comme c’est mentionner plus haut, le personnel rechercher pour former cette unité doit être qualifié. Ce qu’on cherche précisément ce sont des gens qui ont des compétences qui touchent à plusieurs domaines. À l’air du 2.0, ils doivent être à l’aise avec le monde informatique. Communiquer à travers les réseaux sociaux doit être d’une seconde nature pour eux. Pas juste pour communiquer le message aux électeurs et spécialement les jeunes parmi eux mais pour être à l’affut de toutes nouvelles qui concerne le parti, positive soit elle ou négative afin d’avoir un temps de réponse adéquat et ne pas jouer du rattrapage durant toute la campagne. En plus, ils doivent être des gens autonomes et être munis d’un bon sens de responsabilité sociale. C’est à eux de gérer la réputation de l’organisation. La direction donnera les grandes lignes mais ça revient à cette unité de façonner l’image et le message à véhiculer. Cette compétence est très importante car elle permet d’appliquer les principes du mandat de Melbourne. Soit définir et maintenir la personnalité et les valeurs de l’organisation, instaurer une culture d’écoute et d’engagement et inciter les individus et les organisations à adopter des comportements responsables. Il faut, je pense, un bon mélange d’expérience et de dynamisme. Dans ce sens que certains membres doivent être des gens qui connaissent les rouages du métier mais un sang neuf est toujours nécessaires afin de donner de l’énergie et du dynamisme à l’organisation .Enfin, les membres de cette unité doivent être capables d’agir rapidement et faire du « damage control ». En fait, pour un parti politique, spécialement durant une campagne électorale, la communication de crise est une des facettes les plus importantes à maitriser. Les membres de cette unité doivent être capables de réagir et de prendre les devants durant une crise pour toujours rester en contrôle et ne pas être dépassés par les évènements.
    Bref, voilà le plan de communication que je présenterai à un parti politique pour la création d’une unité de communication pour une campagne électorale. En plus, j’insisterai beaucoup sur la capacité d’adaptation. Cette unité doit être capable de s’adapter à tout changement et ceci est une compétence à ne pas négliger. L’organisation doit devenir son propre média et il n’existe pas une meilleure application de cela qu’un parti politique en campagne électorale qui a absolument besoin d’être en contrôle de son image et des messages à envoyer.

    Répondre
  2. Jannick Forcier

     /  16 novembre 2014

    Mandat fictif

    Un service de communication est primordial pour le bon déroulement d’une entreprise. La création d’un service de communication découle de nombreuses étapes et pour s’y faire, la création d’un service sera présentée par un exemple fictif d’une unité de communication dans une université.

    Tout d’abord, il faut expliciter la mission de l’unité de communication. Pour le service de communication d’une université, elle a pour mission d’assurer une diffusion de l’information accessible et compréhensible tant à l’externe qu’à l’interne. De promouvoir les activités de l’université telles que les programmes d’enseignement, les recherches de l’institution, et les réalisations de l’établissement de ses professeurs, de ses étudiants et de ses partenaires. Aussi, le service de communication a pour mission de valoriser l’image et la notoriété de l’université, veiller à sa réputation.

    Ensuite, elle doit s’assurer de trouver du personnel compétent en fonction des tâches à exercer. Pour s’y faire, il faut créer une unité de communication composée d’une équipe de travail diversifié répartie en trois grands secteurs avec des agents de communication spécialisée dans chaque domaine.

    Premièrement une équipe dédiée à la communication interne, tout ce qui est rallié aux employés, professeurs, charger de cours, chercheurs et étudiants de l’université et à la diffusion de l’information dans le milieu interne. Facilité par divers moyens l’accessibilité à l’information principalement pour les membres du personnel afin qu’il réalise leur mandat. Émettre une bonne diffusion de l’information aux étudiants par exemple à partir portail de l’université pour qu’il puisse se référer à cette source d’information. Favoriser un climat organisationnel favorable et positif pour amener un sentiment d’appartenance envers l’université.

    Deuxièmement, une équipe pour la communication externe qui englobe toutes les actions de communication à destination des publics externes. Elle déploie des actions pour conserver l’image de l’entreprise. Par exemple, les publicités consacrées aux clients ou futurs clients de l’université. C’est aussi à l’équipe externe de s’occuper des relations intermédiaires comme les relations publiques et médiatiques. En plus, elle englobe les actions entreprises pour conserver les relations avec les partenaires. Ainsi, les employés de l’équipe de communication externe se doivent d’être compétents dans les relations médiatiques et à l’aise avec les relations publiques.

    Troisièmement, la communication institutionnelle, tout ce qui relié à l’activité de l’entreprise, les politiques de communication, le rapport annuel, le plan stratégique, les données, que ce soit économique ou financier qui doivent être diffusé. Cette équipe aide les deux autres équipes pour la diffusion de l’information cohérente. Par exemple, elle dicte à l’équipe de communication externe l’information à diffuser dans les médias lors de situation de crise. Ainsi, l’équipe de communication institutionnelle se doit d’instaurer et maintenir la personnalité et les valeurs de l’organisation au travers les messages qu’ils dictent dans leurs rapports.

    Finalement, définir les valeurs du service de communication pour donner une ligne directrice au service de communication où ils pourront modeler leurs techniques de communication au travers ces valeurs. Dans ce cas-ci, trois grandes valeurs sont prônées par l’université. Les valeurs sont importantes, car elles définissent l’université envers le public, leurs employés ainsi que leurs partenaires. Les trois grandes valeurs seront le respect, la compétence et la collaboration. Chaque employé, chaque membre de la population, chaque événement survenu, etc., est un élément important à prendre en considération qui doit être traité avec professionnalisme, équité et dans le respect de tous. Les membres du service de communication doivent effectuer leur travail avec efficacité et conformité avec leurs compétences et aptitudes. En plus, c’est en créant un climat de confiance et de collaboration que le travail d’équipe sera enrichissant.
    Cette recette mènera à la clé du succès et à une entreprise fort reconnue et respectée.

    Répondre
  3. Andréanne Bérubé

     /  17 novembre 2014

    Une unité responsable des communications est primordiale pour toutes entreprises qui veulent demeurer concurrentielles. Cette unité participe à la création d’un plan stratégique et propose des actions visant à assurer une communication efficace autour des différents projets stratégiques et des changements organisationnels qu’ils impliquent. Le plan d’action pour la création d’une unité responsable des communications sera présenté à l’aide d’une entreprise de consommation fictive où l’enjeu est de garder une clientèle fidèle.
    Tout d’abord, la mission de cette unité serait de faire un plan stratégique et de le garder à jour pour que les stratégies contenues dans ce plan correspondent aux valeurs de l’entreprise. L’organisation doit publiquement promouvoir ces valeurs et agir en fonction de ceux-ci. Cela permet de conserver une bonne réputation. Une réputation favorable permet de maintenir un lien de confiance faisant place à la fidélisation d’une clientèle, car une bonne réputation a normalement un impact sur les consommateurs, les employés et les investisseurs de l’entreprise.
    Ensuite, pour créer une unité responsable des communications, il faut que l’entreprise engage du personnel qui a certaines compétences spécifiques afin de bien livrer la mission de l’équipe de communication. Les compétences recherchées sont diversifiées, que ce soit des compétences personnelles, relationnelles et spécialisées au domaine de la communication. Le personnel doit posséder de solides compétences en communication pour être en mesure de formuler des messages clairs, de pratiquer l’écoute active et d’imaginer des réponses ou solutions appropriées. Le personnel se doit d’agir rapidement lorsqu’une affirmation peut venir miner la réputation de l’entreprise. Le personnel doit aussi avoir une bonne capacité d’adaptation et démontrer ses aptitudes de travail d’équipe.
    À l’heure du 2.0, c’est la mode les médias sociaux, donc le personnel doit être à l’aise et actif sur les réseaux sociaux. Le personnel de l’entreprise doit être présent en répondant aux commentaires des internautes sur les réseaux sociaux pour que la clientèle sente que l’entreprise veule satisfaire leur client. À travers les médias sociaux, l’entreprise peut aussi avoir à interagir dans la défense des valeurs et de la marque.
    Ainsi, la création d’une unité responsable des communications doit se faire en tenant compte de la mission de l’entreprise. C’est de cette façon que je procéderais pour une entreprise qui désire garder une clientèle fidèle au fil des années.

    Répondre
  4. Adler

     /  18 novembre 2014

    La communication organisationnelle correspond à toute information circulant dans l’organisation et ce, par divers moyens. Pour ce faire, cette information doit être gérée en conformité avec les valeurs de l’organisation. C’est pourquoi, une organisation doit avoir au minimum un responsable des communications si non toute une équipe dédiée à cette tache.
    Si par exemple, une clinique de soin me demande de mettre sur pied un plan d’action pour la création d’une unité de communication, il sera évident qu’une approche dominante sera nécessaire sans oublier la mission et les compétences des employés censés y travailler.

    L’approche dominante pour une clinique
    Je pense que « approche dominante » peut être remplacé par « objectif général » et dans le cas d’une clinique l’objectif de communication pour les trois prochaines années peut être de valoriser, de promouvoir et d’augmenter la visibilité de la clinique en utilisant la communication interne et externe.
    Mission de l’unité de communication de la clinique
    Gérer les communications à l’interne et à l’externe de la clinique dans le but de promouvoir la clinique.
    Pour ce faire, en matière de communication en externe, l’unité doit :
    • organiser et superviser les opérations auprès des partenaires (les réunions)
    • assurer la visibilité de l’entreprise lors d’événements
    • mettre en place des actions pour développer l’image de la clinique, cela inclus la création de site internet
    • gérer les relations avec les medias
    • Assurer la communication avec le public de la clinique
    Et en matière de communication interne, l’unité doit :
    • définir les politiques de communication interne de la clinique
    • élaborer les stratégies de communication interne
    • Mettre en place des supports de communication interne
    • analyser les capacités de communication de la clinique
    L’unité apporte aussi son soutien et ses conseils à la clanique lors des résolutions de conflit. Cette mission sera de 3 ans
    Culture de l’unité
    Étant donné la nature de l’organisation, les valeurs seront humaines. Elles sont définies comme étant ce que les individus considèrent comme beau, bon et éthiquement souhaitable comme, le respect, l’intégrité, le professionnalisme, la rapidité et la créativité.
    Même en matière de communication, on ne peut pas passer à coté de ses valeurs.
    Profil de compétences des futurs employés de cette unité
    Le responsable de communication doit réussir à mobiliser des partenaires et à faire adhérer les gens. La maîtrise de l’anglais et du français est indispensable et la connaissance d’une autre langue étrangère comme l’espagnole est souhaitée.
    Les autres qualités nécessaires pour assurer ce type de poste sont :
    • contact facile
    • aisance relationnelle
    • autonomie
    • qualités rédactionnelles
    • organisation
    • rigueur
    • disponibilité
    Le diplôme minimum est BAC en communication + 2 ans d’expériences en communication. Connaissance du réseau de la santé sera un atout.

    Responsables du plan d’action
    Moi-même à qui on a confié le projet et le directeur de la clinique
    Indicateurs de résultats en vue d’une évaluation du plan
    – Nombre de communications
    – Nombre de publications
    – Nombre de sujets traités
    – Nombre d’activités
    – Degré de satisfaction
    – Nombre d’articles parus dans le bulletin
    – Nombre d’activités d’accueil
    – Nombre de circulaires diffusées
    – Nombre de documents diffusés
    – Nombre de communiqués
    – Nature de l’information
    – Degré de satisfaction des membres du conseil
    – Nombre de réunions
    – Respect des échéances

    Plan d’action pour la mise sur pied de l’unité

    Objectif: Valoriser, promouvoir et augmenter la visibilité de la clinique en utilisant la communication interne et externe

    Activité pour les 3 prochaines années
    • 1-organiser et superviser les opérations auprès des partenaires (les réunions)
    • 2-assurer la visibilité de la clinique lors d’événements
    • 3-mettre en place des actions pour développer l’image de la clinique, cela inclus la création de site internet
    • 4-gérer les relations avec les medias
    • 5-Assurer la communication avec le public
    • 6-définir les politiques de communication interne de la clinique
    • 7-élaborer les stratégies de communication interne
    • 8-Mettre en place des supports de communication interne
    • 9-analyser les capacités de communication de la clinique

    Compétences des employés
    • 1-maîtrise de l’anglais et du français
    • 2-contact facile
    • 3-aisance relationnelle
    • 4-autonomie
    • 5-qualités rédactionnelles
    • 6-organisation
    • 7-rigueur
    • 8-disponibilité
    Temps pour la mise en place du plan: 3 mois

    Répondre
  5. Karine Barrette

     /  25 novembre 2014

    Pour ce blogue, je me baserai sur une situation vécue au sein d’un ministère, qui connaît présentement de nombreuses coupures et de changements à l’interne. Les employés sont en attente par rapport à leur poste, à savoir s’il sera maintenu, aboli, ou encore s’ils seront transférés à une autre instance. Les communications entre la haute direction et le personnel sont plutôt rudimentaires et se font majoritairement par le biais de courriels et de communiqués officiels. Le moral est excessivement bas et la démotivation est omniprésente.

    La mission de l’unité chargée des communications est d’assurer une transition optimale à travers les nombreuses transformations, en renseignant les employés, en les guidant parmi les différentes étapes du processus, en répondant à leurs questions et en les rassurant. L’unité a également la responsabilité d’améliorer les communications entre la haute direction et le personnel afin qu’elles deviennent plus fluides et transparentes.

    L’approche privilégiée est principalement celle du modèle RACE. Bien que la problématique semble facile à cerner, que l’analyse des données ne paraît pas essentielle et que le public cible est déjà identifié, il est primordial pour l’unité communicationnelle de bien définir les stratégies d’action et de communication spécifiques à mettre en place, selon qu’ils s’adressent à la direction ou aux employés. Le modèle AIDA est également présent, dans une moindre mesure. Comme l’enjeu a une connotation très émotive pour les employés, celui-ci pourrait également s’avérer pertinent, particulièrement pour attirer l’attention, maintenir l’intérêt et générer l’action.

    En ce qui a trait aux compétences recherchées chez le personnel de l’unité chargée des communications, elles sont multiples. Les personnes doivent posséder de bonnes capacités d’organisation et de planification, alors qu’une bonne préparation est souvent essentielle en communication. Être capable de bien vulgariser, être empathique et transparent est aussi important, afin d’assurer une communication claire et adaptée à la situation. Finalement, il est primordial que l’unité connaisse bien son dossier, son rôle et son mandat, de même que le ministère au sein duquel elle doit travailler, telles que sa culture organisationnelle, ou encore sa structure.

    Répondre
  6. Yurani Gallo

     /  30 novembre 2014

    Plan d’action pour la création de l’Unité responsable des communications de
    L’université Nationale
    (organisation fictive)

    Mission
    L’Unité responsable des communications de l’université Nationale sera le département chargé d’établir les mécanismes et les stratégies pour divulguer d’une manière créatrice, agile, effective et opportune le travail de l’université Nationale. Cela afin de la positionner comme un établissement d’enseignement supérieur, public innovateur, pertinent et engagé.

    Vision
    L’Unité responsable des communications de l’université Nationale sera consolidée comme le département spécialisé de la production et la divulgation d’information relative au travail de l’université Nationale. Tout cela pour aider à l’accomplissement de sa vision et de sa mission et en son positionnement en tant qu’un établissement important qui favorise le développement humain et social.

    Objectif Général
    L’unité responsable des communications de l’université Nationale a pour objectif de coordonner toutes les communications orales, visuelles ou écrites, pour divulguer aux bénéficiaires leurs activités et leurs services.

    Grâce à cela, l’unité de communication va faire son travail, de sorte que:
    1. tous les membres de la communauté universitaire connaîtront les projets et les résultats de l’université Nationale
    2. il y aura une plus grande participation, reconnaissance et implication des bénéficiaires qui composent la communauté à laquelle nous offrons nos services.
    3. elle favorisera la communication entre les départements qui composent l’université Nationale.
    4. elle implantera et fortifiera une culture organisationnelle de qualité, en s’assurant que tous ses membres connaissent ses activités et ses politiques pour un fonctionnement adéquat.
    5. la promotion et la divulgation du programme de la Mobilité des enseignants et des étudiants soit connu
    6. elle travaillera en coordination avec la radio des étudiants de l’université pour la diffusion d’actuelles nouvelles.

    Répondre
  7. Sarliji Atputharajah

     /  1 décembre 2014

    La communication organisationnelle représente la clé magique pour le bon fonctionnement de l’organisation. L’objectif principal est d’assurer la satisfaction des clients et la circulation de l’information, autant à l’externe qu’à l’interne. Le tout, dans le but ultime de maintenir l’équilibre entre les services et les valeurs préconisées par l’organisation en question. La circulation de cette information, qui est jugée pertinente, amène l’équipe à évaluer leur stratégie de communication. Ainsi, la réalité aide à revoir et améliorer certains aspects. Pour ce faire, il faut mettre en place une unité responsable des communications.

    Dans cette même longueur d’idée, ABSG (AmeriSource Bergen Specialty Group) sert un bon nombre de personnes fournissant des soins de santé. La compagnie regroupe plusieurs unités, chacun ayant des tâches distinctes. Elle est une intermédiaire pharmaceutique auprès des cliniques, des compagnies de médicaments, des infirmiers et des patients/clients. Toutefois, l’unité FCS (Field Clinical Services) joue un rôle de médiateur bien précis. La mission de cette unité consiste à faire le pont entre les patients et les professionnels. Les employés ont de nombreuses petites tâches : mettre à jour les données des patients, vérifier les rapports médicaux, fixer des rendez-vous pour les infirmiers, faire des rappels aux patients et assurer les commandes de médicaments des clients. L’implication des employés dans le processus des communications consolident les liens qui s’établissent avec les patients. Il est opportun de bien cerner les stratégies de communication et d’action pour que les employés puissent faire le lien entre les valeurs de la compagnie et les besoins exprimées par les patients. Quant à l’approche dominante de la communication, celle-ci repose sur la satisfaction des clients face au bon service à la clientèle qui leur est offert. Ceci dit, il est essentiel que l’unité FCS assure une bonne circulation des informations pour soutenir les actions en conséquence.

    En ce qui concerne les compétences recherchées des personnels, ceux-ci doivent être professionnel. C’est-à-dire qu’ils doivent adapter des bonnes stratégies de communication pour satisfaire les patients. Cela peut être par courriel, comme ça peut être par téléphone. Les employés ne doivent pas être condescendant, ils doivent assurer de prêter l’oreille et bien cerner les besoins. Ainsi, c’est dans cette qualité de la personne que réside la satisfaction du client. De plus, l’employé doit avoir l’habileté de pouvoir travailler sous le stress, sans oublier qu’il doit avoir un bon sens de jugement malgré la situation angoissante. De ce fait, les personnels doivent être empathique envers les patients et agir avec transparence. Cette façon d’agir assure l’atteinte des objectifs.

    Enfin, peu importe le lieu de travail, l’unité de communication reste fondamental. C’est une équipe de gestion qui garantit de mettre en valeur la mission de l’organisation. Le succès de celle-ci se base, en partie, sur le bon roulement de l’unité responsable des communications.

    Répondre
  8. PaTriciAL

     /  3 décembre 2014

    L’approche dominante de communication au sein de l’organisation en est une de leader en matière de communications ouvertes et transparentes, adaptées aux publics cibles afin de mobiliser les parties autant à l’interne qu’à l’externe autour d’une mission commune. Les valeurs, identifiées clairement et partagées entre les différents acteurs constituant l’organisation, comprennent la responsabilisation, le développement durable, la coexistence pacifique dans la société, l’empathie, l’écoute, le dialogue, la transparence, l’innovation et la proactivité. Le but étant de favoriser l’échange et la libre circulation des idées afin d’atteindre l’objectif de rejoindre les public-cibles par des moyens de communication adaptés afin de remplir la mission et offrir les services novateurs de l’organisation. En tant que leader, il est important d’utiliser une approche proactive où la prévention et la mesure en continu sont de mise afin de s’ajuster aux réalités des communications mouvantes actuelles et de ne jamais perdre de vue les publics-cible et leur réalité. La capacité à prendre des risques calculés, à prévoir et à anticiper ainsi qu’à gérer les crises est primordiale afin de garder sa place de leader au sein du marché compétitif d’aujourd’hui.

    Donc, le plan de communication de l’unité se fera conjointement au plan d’affaires et aux objectifs stratégiques de l’organisation afin de respecter les priorités, les objectifs, les moyens, les ressources et le budget disponible. L’approche RACE est préconisée puisqu’elle permet une vue d’ensemble mais néanmoins précise de la situation organisationnelle et une meilleure compréhension de cette situation par l’analyse détaillée de celle-ci.

    La mission de l’unité de communication se traduit ainsi : être le porte-voix de l’organisation afin d’encourager le dialogue et mobiliser ses membres à l’interne et à l’externe autour de valeurs communes, par l’entremise de messages clairs et rassembleurs, et ainsi favoriser le rayonnement de l’organisation et l’atteinte des objectifs organisationnels établis.

    Les compétences recherchées chez le personnel de l’équipe sont multiples et variées puisque l’équipe se veut multidisciplinaire et complémentaire les uns aux autres. La continuité entre communications internes et externes devra être assurée par des employés capables de travailler ensemble et possédant une vision systémique des communications. En plus de devoir partager la mission et les valeurs de l’organisation, nous cherchons des personnes dynamiques, créatives et passionnées des communications qui possèdent les qualifications et compétences suivantes :

    -Minimum un baccalauréat en communication, journalisme, administration sociale, relations publiques ou toute autre discipline connexe;
    -Trois à cinq années d’expérience en gestion de projets, en coordination de projets ou poste similaire;
    -Aptitudes exceptionnelles pour la communication orale et écrite en français et en anglais;
    -Grande capacité d’écoute active et de vulgarisation;
    -Excellentes habiletés à travailler en équipe multidisciplinaire;
    -Expérience de travail et intérêt marqué pour la clientèle de l’organisation;
    -Souci du détail, excellent jugement créatif, capacité à trouver des solutions adaptées et novatrices, grande capacité de leadership et attitude positive face au travail;
    -Maîtrise les logiciels de la suite Office;
    -Connaissance et utilisation des médias traditionnels et en ligne ainsi que des différents outils de mesure des résultats communicationnels;
    -Habileté à gérer plusieurs dossiers de front et excellente gestion du stress.

    Répondre
  9. MAVINGA JENNY NZUZI

     /  4 décembre 2014

    Le Ministère de la santé de la République Démocratique du Congo nous donne mandat de créer une unité responsable des communications dans le cadre de la lutte contre la maladie d’Ébola et la prévention de cette dernière.

    Notre plan d’action pour créer cette unité est :
    • De définir clairement la mission de cette unité et les types de message à apporter à la population ;
    • De faire sortir toutes les parties prenantes liées à la crise, ceci nous permettra de constituer notre personnel pour l’unité.

    Origine et description de la maladie d’Ébola.

    Le premier cas de fièvre hémorragique fut identifié en septembre 1976 dans la ville de Yambuku dans le nord de la République Démocratique du Congo, à l’époque le Zaïre. Le virus Ébola a été nommé en référence à une rivière passant près de la ville de Yambuku. C’est le médecin belge Petre Piot de l’institut de Médecine Tropical d’Anvers qui l’a découvert.

    Le réservoir naturel du virus Ébola pourrait être des chauves-souris, notamment l’espèce de la roussette d’Égypte. Des anticorps d’ebolavirus Zaïre ont été détectés dans le sérum de trois espèces de chauves-souris frugivores tropicales : Hypsignathus monstrosus, Epomops franqueti et Myonycteris torquata. Le virus n’a cependant jamais été détecté chez ces animaux.

    Le cycle du virus dans la nature est encore mal connu. On sait qu’il affecte certains grands singes et les chauves-souris. L’hypothèse est la suivante :

    • Les chauves-souris sont porteuses saines ;
    • Les chauves-souris contaminent les singes ;
    • Les humains chassent en forêt et se font contaminer, par exemple en « mangeant de la viande de brousse contaminée », ou en rencontrant les singes, ou encore en mangeant des chauves-souris comme l’Hypsignathus monstrosus.

    Les principaux modes de transmission sont les suivants :

    • Dans les régions où l’on observe une présence abondante des chauves-souris frugivores et des singes, comme au nord et au centre de la République Démocratique du Congo, ces animaux deviennent une source grave d’infection. Ces animaux sont vendus comme viandes de brousses. Ils sont manipulés et consommés ou mangés.

    • Le contact direct avec les liquides organiques (sang, vomi, diarrhée, sueur, salive…) d’une personne infectée est la principale voie de contamination interhumaine.

    La période d’incubation varie de 2 à 21 jours, le plus souvent de 4 à 9 jours. Une semaine après le début des symptômes, les virions envahissent le sang et les cellules de la personne infectée. Les cellules les plus concernées sont les monocytes, les macrophages et les cellules dendritiques. La progression de la maladie atteint généralement le fonctionnement des organes vitaux, en particulier des reins et du foie. Ceci provoque des hémorragies internes importantes. La mort survient, peu de temps après, par défaillance poly viscérale et choc cardio-respiratoire.
    Les symptômes d’Ébola se caractérise par une soudaine montée de fièvre accompagnée d’une fatigue physique, de douleurs musculaires, de céphalées ainsi que de maux de gorge. Débutent ensuite une diarrhée souvent sanglante (appelée « diarrhée rouge » en Afrique francophone), les vomissements, les éruptions cutanées et l’insuffisance rénale et hépatique. Des hémorragies internes et externes surviennent ensuite, suivies du décès par choc cardio-respiratoire dans 50 à 90 % des cas. Les signes hémorragiques peuvent être très frustes à type d’hémorragies conjonctivales. Elles peuvent aussi être profuses à type d’hématémèse et de melæna. La contagiosité des malades est donc très variable bien que 5 à 10 particules virales d’Ébola suffisent à déclencher une amplification extrême du virus dans un nouvel hôte.

    C’est la septième épidémie d’Ébola en République Démocratique du Congo depuis la découverte du virus dans ce pays en 1976. La République Démocratique du Congo n’a aucune frontière commune avec les trois pays d’Afrique concernés jusque-là par Ébola – Liberia, Sierra Leone, Guinée. Elle a acquise de l’expérience lors de six précédentes épidémies d’Ébola. Cette expérience doit être mise à contribution pour contenir cette maladie et permettre de plus sensibiliser la population locale à propos de cette maladie afin d’éviter une catastrophe sanitaire comme dans le trois pays africains concernés.

    Mission de cette unité.

    Comme le dit Thierry LIBAERT dans son ouvrage intitulé Le Plan de communication : Définir et organiser votre stratégie de communication, la communication peut avoir comme objectif de protéger et de prévenir certains cibles dans le cas de crises sanitaires graves par exemple le cas de l’épidémie d’Ébola.
    Dans ce cas de figure, il ne s’agit pas non plus d’assumer toutes responsabilités de la crise d’autant que l’identification des responsabilités prend du temps, un temps beaucoup plus long que celui de la communication de crise. L’objectif est ici d’informer au plus juste à partir des premiers faits du danger que présente ou non une situation afin de protéger les acteurs qui doivent l’être : population à l’occasion d’un risque sanitaire comme l’Ébola.

    La mission de cette unité est de fournir rapidement des informations précises pour protéger et/ou rassurer la population. Cette unité doit de façon assez évidente apporter des messages clairs et précis à l’endroit de cette population.

    Les messages d’urgence sont cruciaux car ils reflètent particulièrement la capacité à maîtriser la situation. Ils se composent en principe de :

    • Messages aux victimes de la crise (les acteurs ayant été les plus significativement affectés par la crise en cours)
    • Messages de prise de considération et de prise de mesure de la situation
    • Message témoignant de la position officielle
    • Faits et chiffres précis sur la situation
    • Messages sur les mesures concrètes d’ores et déjà mises en œuvre
    • Messages sur les investigations en cours en précisant : les experts impliqués, le type d’investigation mise en œuvre, les résultats escomptés de ces investigations, les délais escomptés pour les résultats et une date de diffusion des premières conclusions.
    Cette unité doit marquer l’esprit de l’opinion publique congolaise et internationale en faisant passer le statut du gouvernement congolais d’incapable à un gouvernement capable de gérer la situation de crise et de contrôler l’épidémie. La communication se fonde principalement sur des messages du type : la République Démocratique du Congo est habituée à de telles épidémies et est capable d’en finir dans un temps record et ce, à partir de ses expériences antérieures et de son personnel de santé reconnu parmi les meilleurs d’Afrique. Ce dernier a plus d’expériences et est mieux formé par rapport à la maladie d’Ébola comparé au personnel des autres pays africains.

    Compétences recherchées pour le personnel de cette unité.

    Pour avoir un personnel qualifié dans cette unité, il faudra construire une carte de toutes les parties prenantes nous permettant d’identifier tous les acteurs impliqués dans la crise. Cet exercice n’a qu’un objectif, celui de s’assurer de n’oublier personne (acteur impliqué dans cette crise) puisqu’il arrive souvent que les acteurs ou parties prenantes soient oubliés.

    Ces acteurs doivent travailler déjà ou être membres dans :
    • Les ONG (par exemple médecins sans frontière)
    • Les Associations de personnels de la santé
    • Les Associations de vendeurs de viandes de brousses
    • Les Associations de chefs coutumiers (les pouvoirs traditionnels ont plus de légitimité en Afrique que les gouvernements et sont plus écoutés par la population locale)
    • Les Associations de femmes
    • Les Associations de musiciens congolais (la musique est un outil très important dans la divulgation d’information en Afrique)
    • Les Associations de radios locaux (le seul moyen de communication capable d’atteindre toute la population même dans le coin reculé compte tenu de l’immensité de la République Démocratique du Congo, deux fois plus grand que le Québec mais totalement enclavée avec un système de transport et de communication moins développé)
    • Les Associations de chaines de télévisions congolaises et de la presse.

    Cette unité doit avoir, en son sein, au moins un membre de chaque organisation citée; vu leurs intérêts, leur pouvoir de décision et d’action, leurs moyens d’action, leur interlocuteur prioritaire et leur canal d’information privilégié. La population voit au travers ces personnes des êtres dignes de confiance. C’est pourquoi ladite unité doit être pluridisciplinaire.
    Cette façon contribue à une meilleure occupation du terrain y compris le terrain médiatique. Cela permet en effet d’atteindre un grand nombre de la population dans un temps record.

    Références.

    • Fédération internationale des Sociétés de la Croix Rouge et du Croissant-Rouge, http://www.ifrc.org/fr/ , Consulté le 3 novembre 2014.
    • Jeune Afrique, http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140825102929/ , Consulté le 3 novembre 2014.
    • Le Monde, 1976 à la découverte du virus Ébola, http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/10/1976-a-la-decouverte-du-virus-ebola_4469215_3244.html , Consulté le 3 novembre 2014.
    • LIBAERT, Thierry. 2008. Le plan de communication : Définir et organiser votre stratégie de communication, 3e édition, Dunod, 265 pages.
    • Organisation mondiale de la Santé, http://www.who.int/csr/disease/ebola/ebola-6-months/drc/fr/ , Consulté le 3 novembre 2014.
    • Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Virus_Ebola#cite_note-35 , Consulté le 3 novembre 2014.

    Répondre
  10. Gianina Mena

     /  7 décembre 2014

    D’abord, cette une unité de communication aura le mandant de gérer les communications externes de l’organisation d’une nouvelle association privée dont la mission est de promouvoir la lutte contre la violence faite aux femmes. Alors, l’équipe de communication devra voir à la valorisation et la notoriété de l’organisation, ainsi qu’à mettre en branle diverses campagnes de conscientisation et de collecte de fonds à faveur des victimes de violence.

    Étant donnée qu’il s’agit d’une organisation novice visant à promouvoir des actions concrètes autour de la violence de genre, autrement dit d’attirer l’attention, maintenir l’intérêt et générer l’action, l’approche A.I.D.A. sera privilégiée, pendant que l’approche R.A.C.E servira à l’analyse des données afin de mieux définir les stratégies d’action et de communication spécifiques.

    L’équipe de cette unité de communication aura un directeur expert en l’organisation d’événements et des campagnes de marketing sociale, un chargé des relations publiques et presse, un graphiste, un développeur web et un expert en réseaux sociaux.

    Quand aux compétences recherchées, en coordination avec l’unité des ressources humaines j’élaborerai une boîte à outils nécessaires à la planification et au recrutement du personnel qu’intégrerait cette équipe de communication incluant une description de postes, une profil de compétences, des critères de présélection et de sélection, des grilles d’entrevue et d’évaluation des candidats adaptées à chaque poste et un calendrier.

    De façon générale la description de chaque poste doit contenir les aspects suivantes:

    – Le/la titulaire relève de la directrice de l’association ou du directeur de l’unité de communication (selon le poste)
    – La personne a pour responsabilités de faire ou de collaborer à la promotion et le développement des opportunités, de faire connaitre et mobiliser des entreprises et des individus afin qu’ils participent à nos événements de collecte de fonds
    – La personne responsable devra organiser ou collaborer à l’organisation d’une activité annuelle contre la violence aux femmes ayant lieu le mois de mars
    – Elle devra planifier son emploi du temps, définir ses priorités, faire un plan d’action et identifier les opportunités de rencontre et de promotion.
    – Elle sera également responsable d’innover dans les stratégies privilégiées et sera responsable de déployer tous les efforts nécessaires à la réalisation des objectifs de notoriété et de collecte de fonds.
    – Le/la titulaire mobilise, encadre et travaille étroitement avec les ressources bénévoles afin d’atteindre les objectifs. Également, cette personne peut être responsable de campagnes de collectes de fonds spécifiques et ponctuelles (selon le poste).

    Logiquement, dans la description spécifique de chaque poste aura d’autres aspects à considérer.

    Finalement, en ce qui concerne les compétences recherchées du personnel de cette unité de communication, à mon avis, ceci devra démontrer entre autres:

    – Pensée stratégique, esprit analytique et excellent jugement
    – Sens du service à la communauté et du développement des affaires
    – Talent de leader mobilisateur (selon le poste)
    – Baccalauréat dans une discipline correspondant aux responsabilités du poste
    – Connaissance du milieu philanthropique et des organismes sans but lucratif
    – Autonomie et esprit d’équipe
    – Parfaite maîtrise des logiciels de l’environnement Windows (Word, PowerPoint, Excel) et Prodon ou des logiciels de design graphique et des réseaux sociaux (selon le poste)
    – De trois à cinq ans d’expérience pertinente, idéalement dans le domaine de la philanthropie et des événements spéciaux
    – Maîtrise de l’anglais (parlé et écrit) est un atout
    – Excellence connaissance du milieu de Montréal

    D’autres compétences seront demandés, selon le poste.

    Répondre
  11. Émilou Larocque-Charrier

     /  8 décembre 2014

    L’association des étudiants du Centre NAD (ADN) est dans une période où elle doit se positionner face à différents sujets au plan politique. Son mandat étant de représenter ses membres, la communication entre l’association et ces derniers est primordiale. Cependant, personne n’y est principalement responsable des communications qui s’organisent à l’improviste. Pour permettre à l’organisation de mieux remplir ses fonctions, les membres souhaitent choisir quelqu’un pour diriger les communications de l’organisation.

    Vu la taille de l’organisation, qui ne représente qu’une centaine d’étudiant, une seule personne se verrait confier le mandat de devenir responsable des communications. De plus, cette personne devra s’acquitter de ses tâches de façon bénévole, comme tous ceux qui s’impliquent au sein de l’ADN. La mission de cette personne se divisera en deux grands objectifs. Tout d’abord, elle devra améliorer la communication interne entre l’ADN et ses membres. Il faudra travailler les canaux de communication qui sont pour le moment presque inexistant. Pour le moment, les réunions sont annoncées par bouche à oreille et un nombre restreints d’étudiants s’y présentent. Des moyens très simples pourraient être utilisés pour rejoindre les membres tels que les réseaux sociaux ou des affiches très simples à réaliser, particulièrement pour des élèves en animation 3D. Le deuxième objectif concerne la communication externe c’est-à-dire entre l’ADN et l’association étudiante de l’Université du Québec à Chicoutimi a laquelle l’ADN est rattachée. La distance entre les deux associations est un obstacle qui doit être surmonté.

    Le membre qui sera choisi devra premièrement avoir un désir réel de s’impliquer dans les communications car cela représentera un défi de taille en raison du manque de ressources. De plus, il devra avoir suivi au moins un cours en communication au cours de son parcours scolaire ou avoir l’intention d’en suivre un. Une bonne connaissance de la langue française sera aussi nécessaire pour l’exercice de telles fonctions.

    Répondre
  12. Carime Triana

     /  8 décembre 2014

    Le plan de Communication doit être nourri à la confiance, il devrait aider à la gestion et les employés pour la bonne communication entre eux de façon efficace et la bonne transmission de messages clés aux partenaires externes, tels que des fournisseurs, des clients et des investisseurs. Il comprend leurs inquiétudes et les questions pour ensuite créer un plan de communication fait adapté aux besoins.

    En tenant en compte les compétences acquises dans le cours, nous utilisons une organisation pour la création d’un plan d’action en fonction à la communication organisationnelle. La Maison de Quartier, est un organisme sans but lucratif, elle se veut un milieu de vie et de soutien à la famille et à la communauté en offrant des activités diversifiées. Sa mission est d’offrir aux membres de la communauté un lieu où ils pourront se rencontrer, participer à des activités de développement personnel et social, de prévention, d’entraide et de partage, afin d’améliorer leur qualité de vie.

    L’unité de communication aura dans sa mission de répartir de manière positive les activités que les employés et les clients développent selon une planification préalable, créer une image attractive de l’organisation, en outre, renforcer l’interaction entre l’organisation et la Communauté par une utilisation appropriée des stratégies de communication. Ensuite, sa vision sera contribuer au développement croissant de l’organisation, servant de soutien pour la relation et la diffusion des événements et des développements plus remarquables générée en action collective, attestant de la qualité et la pertinence.
    Avec sa mission, l’unité développe le plan de communication organisationnelle à partir de l’évaluation des besoins. Il documente les besoins de communication avec suffisamment de détails. Il définit les objectifs. Plan de points dans un bref et clair moyen des objectifs de la communication. Les objectifs devraient être spécifiques, mesurables et réalistes. Il fout nécessaire évalue l’efficacité du plan de communication, une enquête peut être suffisant par notre cas.

    Pour exercer correctement les compétences recherchées, les personnels en communication doivent avoir :

    • Une vaste expérience et responsabilité dans des postes dans le domaine de la communication.
    • Formation universitaire.
    • Maîtrise des langues.
    • Capacité de leadership et de la créativité.
    • Connaissance approfondie sur les théories de l’information et de communication.
    • Expertise dans la conception de stratégies de communication.

    Une de plus importantes compétences recherchées dans l’unité de communication est le travail d’équipe, lequel est traduit comme la volonté de participer en tant qu’entièrement intégré dans une équipe qui n’est pas nécessairement être chef, être contributeur efficace même quand l’équipe travaille sur quelque chose qui n’est pas directement lié aux intérêts personnels.

    Répondre
  13. Marie Kettely Jean Baptiste

     /  9 décembre 2014

    CSSS Maria Goretti (organisation fictive)

    C’est un organisme qui partage l’engouement et la passion de répondre aux besoins de santé de la population en utilisant les meilleures pratiques et faisant preuve de créativité. En collaboration avec ses partenaires, le réseau local et les citoyens du territoire, il participe à la création de conditions d’environnements favorables pour aider les personnes et les communautés à prendre leur santé en main. Il est reconnu dans l’ensemble du réseau pour sa capacité d’innovation et pour le développement des savoirs en santé et services sociaux reliés à ses qualités urbaines.

    Cette organisation nous confie le mandat de créer une unité responsable de communication.
    Notre mission consiste à informer les publics internes et externes des valeurs, des orientations du CSSS, à protéger son image et sa réputation. Notre équipe doit planifier, organiser et évaluer les activités de communication. Elle est responsable d’établir une relation entre la population et le CSSS, aider les autres unités dans la réalisation des activités de communication et coordonner les relations avec les médias.
    Notre plan d’action a pour but de créer des outils, supports, sites web, etc. pour la promotion et la diffusion des évènements. Pour mener à bien notre projet, l’unité de communication prévoit la création de trois services
    Communication interne : son mandat est de créer des outils de communication interne, soutient les autres unités dans leurs activités de diffusion des informations, informer les salariés autour du projet d’entreprise pour améliorer le climat social.

    Communication externe : ce service a pour rôle d’élaborer et de mettre en œuvre des plans de stratégie de communication intégrés pour le CSSS, réaliser des publicités, promouvoir et valoriser les réalisations du CSSS, assurer la diffusion externe avec les médias.

    Activités officielles : le but de ce service est de planifier, superviser les activités publiques telles que : convention, tables de concertation, les grandes manifestations.

    Les compétences recherchées pour le personnel responsable de ce mandat :
    Expérience managérial confirmée
    Maîtrise des outils informatiques
    Capacité d’adaptation
    Sens de la négociation
    Qualités d’écoute
    Rigueur
    Disponibilité

    Répondre
  14. Léocadi Dion

     /  9 décembre 2014

    La communication organisationnelle, c’est tout ce qui fait parler d’une entreprise et qui la fait connaître au monde extérieur.
    Bien entendu, cette communication doit informer les employés pour qu’ils soient mobilisés et tenus au courant de la stratégie et du mode de fonctionnement de l’entreprise.
    La communication est un métier à part entière qui est exercé par des professionnels pétries de talents et spécialisés dans le domaine. Raison pour laquelle les entreprises confient l’ensemble des actions communicationnelles à un service bien défini. Si un complexe hôtelier me donne mandat pour créer une unité de communication, le plan d’action sera composé de :
     L’approche dominante de la communication
    L’approche dominante est de faire la promotion des activités du complexe, la valorisation des produits et services et la bonification des réservations de la part des clients.
     La mission de l’unité
    La mission de l’unité de communication est d’élaboré une politique globale de communication visant à promouvoir le complexe hôtelier.
    La réalisation de cette mission pourrait s’appuyer sur la méthode AIDA qui est mieux indiqué pour attirer l’attention du public, maintenir l’intérêt par rapport au message, générer le désir et pousser les gens à passer a l’action.
    L’action recherchée c’est d’augmenter le nombre de clients de l’hôtel. Pour y arriver, l’unité de communication doit :
    • Élaborer un plan de communication pour atteindre le public visé;
    • Établir un plan médias pour la diffusion des spots ;
    • Choisir les supports de communication qui seront utilisés;
    • Concevoir l’ensemble des supports destinés à présenter l’hôtel au grand public;
    • Rédiger et diffuser des tracts, des messages;
    • Établir et gérer le budget alloué à la communication;
    • Faire de la veille technologique sur les outils et techniques de communication;
    • Organiser les salons, foires et tout ce qui est évènementiel;
    • Établir, développer et entretenir un réseau de contacts et de partenaires pertinents;
    • Rédiger des bilans et des rapports après chaque saison.

    Les Compétences recherchées pour les membres de l’unité sont
    • L’aisance relationnelle;
    • La diplomatie;
    • Le sens de l’écoute;
    • L’enthousiasme
    • La capacité à travailler en équipe;
    • La disponibilité et la rapidité;
    • La rigueur, l’organisation et la précision;
    • La capacité d’analyse et synthèse;
    • L’autonomie et la créativité.
    Le profil recherché est :
    • La maitrise de l’expression écrite et orale;
    • La maitrise de la langue française et anglaise;
    • La maitrise des nouveaux supports , les NTIC et les réseaux sociaux;
    • la connaissance de l’univers de la communication (stratégie, psychologie…)
    • la maitrise des logiciels bureautiques, de création et de gestion
    • la capacité à concevoir et à rédiger des messages clairs
    • des aptitudes à encadrer et à animer une équipe.

    Répondre
  15. Landcia Augustin

     /  9 décembre 2014

    Face aux grands défis des organisations, la communication est un incontournable. L’organisation fait face à plusieurs défis : attirer des clients, répondre aux questions des actionnaires, agir d’urgence en situation de crises, faire face à la concurrence, gérer les employés à l’interne, relation avec les médias et gestion des médias sociaux entre autres. La communication devient donc un outil essentiel à la survie des organisations. La gestion de cette communication devrait être prise en charge par des experts dans le domaine. En effet, la communication va au-delà du simple échange de mots, il faut savoir quoi, à qui, pourquoi, et comment communiquer. De ce fait, l’organisation a tout à gagner en mettant sur pied une unité de communication comme tout autre sous-service.

    Un centre hospitalier a constaté une problématique majeure au sein de l’établissement. Les employés affichent sur les médias sociaux des photos prises sur le lieu de travail avec leurs uniformes de travail où on peut identifier clairement l’établissement en question. Ils répondent aussi aux questions des médias concernant le fonctionnement de l’établissement. Certains membres du personnel affichent aussi des petites annonces sur les babillards. Étant donné qu’il n’y a pas de services de communication, l’hôpital me demande de mettre sur pied une unité de communication.

    Cette unité aura pour mission l’élaboration de politiques concernant la relation avec les médias, l’utilisation des médias sociaux et l’affichage dans l’établissement. Cette unité veillera aussi à la mise en vigueur et à l’application de ces politiques.

    L’approche dominante qui sera utilisée est la méthode RACE, afin de bien cerner la problématique et déterminer les meilleures stratégies à adopter.

    Les compétences recherchées pour le personnel de cette unité sont :
    Baccalauréat en relations publiques et expérience pertinente dans le domaine
    Manifester de la rigueur, souci du détail
    Démontrer un esprit d’analyse et de synthèse
    Connaissance du milieu, des lois et politiques publiques qui régissent les centres hospitaliers
    Connaissance des médias sociaux
    Expérience dans l’élaboration de politique en communication
    Faire preuve de leadership mobilisateur, susciter l’adhésion, gestion du changement
    Bon communicateur, habiletés politiques

    Répondre
  16. A-A D.Beaudet

     /  9 décembre 2014

    Plan d’action, selon un mandat fictif.

    Une compagnie de voiture X a des problèmes de rouilles avec certains de ses modèles. La compagnie affirme que la situation a été prise en charge et que les modèles problématiques ont été remplacés. Cependant, la situation a terni l’image de la compagnie et les ventes ont dramatiquement baissé. Ainsi, la direction générale de cette organisation veut prendre les moyens pour aider la situation actuelle en créant une unité responsable des communications.

    L’approche dominante de communication de cette unité est que les modèles de voiture offerte sont tous corrects et que les problèmes ont été réglés. On peut être assuré qu’une telle situation ne se reproduira plus et qu’on peut continuer de choisir cette compagnie dans l’achat d’une nouvelle voiture.

    La mission de cette unité est donc de s’assurer que l’ensemble du public est au courant des nouvelles, que la situation problématique a été réglée et que les nouveaux modèles sont tous garantis ne pas avoir de rouille. L’unité responsable des communications doit aussi tenter d’attirer un plus grand public afin de rehausser ses chiffres de vente. Bref, la mission consiste essentiellement à redonner une belle image à l’organisation.

    Pour conclure, les compétences recherchées pour le personnel responsable de livrer la mission de cette équipe de communication sont multiples. Tout d’abord, les membres du personnel doivent être qualifiés en communication. Ils doivent détenir une formation scolaire spécifique dans le domaine, en plus d’avoir des expériences pertinentes à la réalisation du mandat. En outre, ils doivent faire preuve d’habiletés de mobilisation, de facilité communicationnelle, d’autonomie et de professionnalisme.

    Répondre
  17. Pascal Labine

     /  12 décembre 2014

    Organisation fictive…

    En prenant compte d’une entreprise de à l’aide à la recherche d’emplois ayant des problèmes avec le taux d’embauche de ces membres. Bien qu’ils recherchent ceux-ci ne peuvent se trouver un emploi ou dans le cas positif l’emploi n’est pas à la hauteur de leur attentes.

    L’approche dominante de communication est donc de mobiliser les membres afin des les impliqués dans leur projets de vie. De leur faire prendre conscience de l’importance de la présentation de soi et de faire en sorte d’encourager ces membres. Il leur faut donc bien motiver et encourager les membres afin qu’ils puissent réussir et arriver à rechercher jusqu’au bout sans abandonner.

    La mission de cette unité est donc d’augmenter le taux emploi et le taux de réponses au entrevues des membres de l’organisation. D’accompagner les gens vers le succès de leur projet qui est ici de trouver un emploi et d’en trouver un dans lequel les membres sont comfortable.

    Finalement, les compétences recherchées pour le personnel responsable de livrer la mission de cette équipe de communication seraient les suivantes…

    – Un grand sens de l’écoute active;
    – Du professionnalisme;
    – Sens du développement de soi-même;
    – Un mobilisateur de talent;
    – Quelqu’un qui sait déceler les qualités et les forces;
    – Quelqu’un qui sait motiver;
    – La disponibilité;
    – La rigueur et le sens du détail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :